Entreprenariat Jeune : l’Union Européenne veut créer un centre incubateur pilote à Boffa

décembre 13, 2018 4:44

« Nous sommes venus à Boffa dans le cadre des consultations pour la mise en place d’un incubateur  en vue de donner à nos jeunes des leviers, des outils pouvant leur permettre de trouver des opportunités d’insertion socioéconomique. »

Lancé au mois de novembre dernier par le Premier ministre à Conakry, Intégra est un programme d’appui à l’intégration socioéconomique des jeunes de Guinée. Financé par l’Union Européenne (EU), ce programme va toucher de nombreux jeunes sans emploi à travers toutes les régions de la Guinée.

Promouvoir l’entreprenariat jeune pour favoriser l’auto-emploi, c’est l’objectif du ministère de la Jeunesse et de l’Emploi-jeune. Pour réussir ce pari, la Guinée bénéficie de l’appui de l’Union Européenne à travers trois agences (Enabel, GIZ et CCI) pour créer des incubateurs dans tout le pays. L’objectif est aussi de lutter contre le chômage des jeunes et la migration irrégulière.

C’est pourquoi, «le Centre du Commerce International (CCI) a organisé, mercredi 12 décembre, la restitution des travaux  destinés à la prochaine mise en place d’un incubateur d’entreprises dans la ville de Boffa ». A cet effet, David Cordobes, responsable du programme jeunesse au CCI  souligne que la rencontre de Boffa consiste « à travailler avec les associations des représentants des jeunes, les représentants des ministères du Commerce, de la Jeunesse ainsi que les autorités locales pour définir les lignes d’un futur incubateur d’entreprises à Boffa qui débouchera sur un guide complet, et sur la mise en place de cet incubateur

Poursuivant, M. Cordobes a indiqué : « en concertation avec le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi-jeune, nous pensons que la chance que nous avons, c’est qu’il existe des locaux et que nous ne sommes pas dans une logique de construction mais plutôt d’aménagement, d’exploitation de ces locaux. Donc, l’idée est de partir sur un centre qui va constituer un cadre pour l’information, les espaces de formation et de sensibilisation mais aussi penser à quelques mètres carrés pour héberger des entreprises. Un incubateur, c’est aussi donner l’opportunité à des entreprises de trouver des espaces qui leur permettent de croître

Pour la réussite du programme Integra, les promoteurs de l’incubateur compte s’appuyer sur les associations de jeunesse pour faire en  sorte que « cet incubateur soit connu, soit le plus largement communiqué auprès des jeunes et montrer que l’entreprenariat est possible.»

Selon M. Cordobes qui cite les autorités préfectorales, « il y a 100 mille jeunes dans la préfecture de Boffa dans la définition 15-35 ans. L’idée est d’être dans cette première année avec une centaine de jeunes touchés, c’est-à-dire accompagnés, sensibilisés au travers des activités de cet incubateur. Il faut être audacieux mais aussi prudent. C’est un pilote. On souhaite le plutôt possible faire tâche d’huile sur d’autres villes de la Guinée.»

Pour sa part, la Préfète de Boffa, Hadja Aïcha Sakho, s’est réjouie du choix porté sur sa préfecture. A cette occasion,  au nom de la couche juvénile, de sa localité, elle a remercié « le gouvernement et le président de la République, le Pr Alpha Condé, pour avoir fait de la problématique de l’emploi-jeune un souci majeur.»

«Nous sommes heureux que notre préfecture soit la première bénéficiaire du programme d’appui à l’intégration socioéconomique des jeunes dans sa phase pilote. Ce programme, qui se donne pour ambition de renforcer l’offre de formation professionnelle pour une meilleure employabilité des jeunes, de promouvoir des opportunités d’emplois économiques pour les jeunes, de promouvoir l’entreprenariat et l’auto-emploi, saura certainement mettre un frein à l’immigration irrégulière de nos jeunes à la recherche d’un avenir meilleur. Mais aussi leur permettra de participer  à l’essor économique de notre pays.», a-t-elle expliqué.

Avant de rassurer du soutien des autorités locales au programme Integra « pour qu’il soit bénéfique à nos jeunes et que sa réussite à Boffa soit  un encouragement pour le gouvernement et l’Union Européenne de l’étendre sur l’ensemble des préfectures de notre pays

De son côté, le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi est revenu, à son tour, sur les raisons de la rencontre de Boffa : «nous sommes venus à Boffa dans le cadre des consultations pour la mise en place d’un incubateur  en vue de donner à nos jeunes des leviers, des outils pouvant leur permettre de trouver des opportunités d’insertion socioéconomique. C’est dans ce cadre, avec le Centre de Commerce International (CCI), avec le ministre du Commerce, nous sommes ici à la maison de jeunes de Boffa pour voir comment y loger un incubateur

Poursuivant, le ministre Mouctar dira : « nous avons une nouvelle vision des Maisons de jeunes. Nous voulons en faire des centres d’incubateurs et accélérateurs, faire en sorte que les jeunes bénéficient d’une formation d’orientation, de renforcement des capacités des jeunes, de renforcement de leur employabilité en vue de leur insertion

Selon lui, le programme Integra vise à lutter contre les causes profondes de la migration irrégulière. Le ministère de la Jeunesse et de l’Emploi-jeune est, soutient-il, fortement engagé dans le combat. « Nous souhaitons  qu’il y ait ici une phase pilote que nous allons dupliquer  dans d’autres communes des autres préfectures ».

Pour le cas de Boffa, il est prévu, selon le ministre Mouctar Diallo, «l’aménagement des bureaux pour abriter des jeunes qui ont des projets ou des idées des projets ou qui veulent entreprendre sans avoir la possibilité de trouver des bureaux ailleurs

Enfin, le ministre de la Jeunesse a souligné que l’incubation est l’un des moyens de lutte contre « l’inoccupation des jeunes ».