Entretien routier : le pesage des gros porteurs, enfin une réalité en Guinée

0
1243

Le ministre des Travaux Publics, Moustapha Naïté s’est rendu le jeudi 4 juillet sur le site de la gare de pesage, sis à Friguiadi dans la commune de Coyah. Objectif, s’enquérir de l’effectivité des opérations de pesage des engins lourds, a-t-on constaté sur place.   

Interrogé sur l’application intégrale du règlement 14 de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), le ministre Moustapha Naïté a expliqué qu’il s’agit d’une mission qui lui a été confiée par le Premier Kassory Fofana sur instruction du chef de l’Etat, Pr. Alpha Condé.

« La mise ne place de ces sites de pesage consiste à protéger nos routes. Ce  qui fait appel à une surveillance accrue des surcharge sur nos routes. Ce sont des millions de dollars que nous investissons chaque année dans la construction de nos routes. Alors si nous ne prenons pas des dispositions, l’investissement ira à vau-l’eau », a déclaré le ministre des Travaux Publics qui a annoncé que depuis quelque temps des négociations ont été engagées avec ‘’Afrique Pesage’’ pour pouvoir mettre en place un système de protection des routes à l’image des autres pays comme la Côte d’Ivoire, le Mali et le Sénégal.

« Je suis très heureux de constater l’effectivité de cette mesure qui est appuyée par la gendarmerie sur le terrain afin d’amener les camionneurs à respecter les consignes. Il y a aussi le corps syndical des transporteurs qui continuent de sensibiliser leurs adhérents pour qu’ensemble, nous puissions protéger nos routes », a-t-il insisté. 

« Il y a dans la concession que nous avons signée avec ‘’Afrique pesage’’ 13 postes de pesage à mettre en place. Il y en aura à la sortie de Conakry, à la Cimenterie et au Port Autonome de Conakry (PAC) ainsi qu’au niveau des frontières. Nous nous sommes mis d’accord dans la concession que 30% des recettes reviennent à l’Etat et 70% aux concessionnaires. C’est exactement le même modèle qui est fait au Sénégal et en Côte d’Ivoire », a-t-il expliqué.

Prenant la parole, Stephan Alain Tagbo qui est le délégué général de la filiale ‘’Afrique Pesage-Guinée’’, a révélé que la surcharge est énorme en Guinée. «A la sortie de Conakry, nous sommes autour de 65% de surcharge contre 50% à la rentrée de la capitale. Nous sommes présents dans une dizaine de pays. Pour le moment, comme tout début d’ailleurs, les camionneurs nous posent assez difficultés. Nous espérons trouver une solution », a-t-il indiqué.

Ce n’est pas le poids total qui abîme les routes mais plutôt le poids sur des essieux, a-t-il indiqué. « Quand l’essieu est surchargé, les amortisseurs ne travaillent plus et le poids se ressent sur le pneu qui détruit à son tour la route. A chaque fois que nous constatons les cas de surcharge, nous donnons des conseils. Nous pensons qu’au fil du temps, nous aurons moins de problèmes », a-t-il espéré.

Pour sa part, Mamadou Pathé Sow, le président régional des Transporteurs de Conakry s’est montré plutôt réceptif à l’idée d’une installation des postes de pesage.

« Nous ne sommes pas surpris. Depuis 2012, l’Union Européenne, à l’issue d’une rencontre dans un réceptif hôtelier, nous a informés qu’il y aura de postes de pesage.  Le pesage des engins lourds va dans l’intérêt commun de tous les Guinéens. Etant un transporteur, il faut admettre que la surcharge ne nous arrange pas. Avec la surcharge, nous avons la cassure de nos engins, l’augmentation de la consommation en carburant et la dégradation des routes », a-t-il fait remarquer.

Lire vidéos: