Environnement : 3 000 plants de Mélina Arborea et Akakia Mangium plantés à Labé

août 15, 2018 6:44
0

C’est ce samedi 11 août 2018 que le coup d’envoi de la campagne de reboisement a été donné dans la préfecture de Labé. Et c’est la forêt du quartier Safatou 2 qui a abrité la cérémonie du lancement officiel. En collaboration avec les services de l’environnement des eaux et forêt, la filière bois de Labé a planté 3 000 plants a constaté sur place Guinéenews©.

Diao Diallo le chef de la section préfectorale des eaux et forêt de Labé parle des plants en question : « L’espèce qu’on est en train de transplanter cette année c’est la Mélina Arborea et l’Akakia Mangium parce que ce sont des espèces à croissance très rapide. Une fois mises sur terre, pendant deux à trois ans vous, reviendrez et ça sera une surprise pour vous de les retrouver. » 

Mamadou Bailo Barry, le président de la filière préfectorale bois de Labé rappel que ce reboisement n’est pas une première : « Nous avons organisé ce reboisement pour montrer à Labé qu’on n’est pas que des consommateurs du bois, on sait aussi planter. Chaque année on se prête à cet exercice. L’année dernière, on a planté 2 000 plants. Cette année ce sont 3 000 plants qu’on a envoyés. Donc, nous confions ces jeunes plants au quartier Safatou 2. »

Enfin, Lancinet Sangaré le secrétaire général chargé des collectivités décentralisées représentant du préfet de Labé a officiellement lancé la campagne. « Chacun de nous sait aujourd’hui ce que sait l’environnement de chez nous. Avant à Labé, on ne connaissait pas la chaleur, les populations n’avaient pas de problème de chaleur. Mais maintenant, même dans les chambres, tout le monde sent la chaleur. C’est parce que de part et d’autre, l’environnement est offensé ; il y a des pratiques qui sont en train de déboiser à tous les niveaux et la mesure de reboisement qu’il fallait imposer n’est pas bien suivie » a-t-il rappelé avant de déclarer ouvert la campagne de reboisement session 2018.

Il faut rappeler que la coupe et le transport du bois ont été suspendus depuis le 1er juillet 2018 par le ministère de l’environnement. Ce, pour observer un repos biologique de deux mois comme c’est fut le cas lors des années précédentes.