Épidémie de rougeole à Lola: Des fausses rumeurs sur le covid19 affectent la campagne de vaccination

0
879

Une épidémie de rougeole qui s’est déclarée en fin d’année 2019, dans la sous-préfecture de Tounkarata,  précisément dans le district de Kogota,  à la frontière ivoirienne,  vient de toucher plusieurs localités de Lola, y compris la commune urbaine.

Aujourd’hui, la commune de Lola compte plus de 100 cas  et certaines sous-préfectures comme Lainé et Foumbadou sont touchées elles aussi, par cette épidémie.

Face à la propagation  de la maladie  qui s’attaque aux enfants, Lola a été  mise en alerte épidémiologique  et des dispositions  sont en cours  pour mieux organiser la riposte. Mais malheureusement cela coïncide avec la pandémie du covid 19. Faisant courir  la rumeur sur la dangerosité des vaccins.

Pour Docteur  Matho Tokpa Doré,  médecin chargé de la prévention  et la lutte contre les maladies à la direction préfectorale de Lola  la rougeole «  est une réalité à Lola  depuis la semaine cinquante une  de l’année 2019.

La première flambée a été constatée  dans la sous-préfecture de Tounkarata précisément dans le village de Kogota, l’équipe  de la DPS   fait une investigation  et une riposte a été réalisée  au niveau de ce village. Malheureusement pendant que cette flambée était à Kogota, il y a eu des enfants dont les parents  sont venus consulter à l’hôpital  préfectoral  de Lola  et pendant leur séjour à Lola, ils ont habité dans les familles  dans la commune urbaine  et pendant leur séjour, les enfants ont contaminé d’autres enfants vivant dans ces familles. Voilà comment la flambée a commencé  dans la commune urbaine », a indiqué notre interlocuteur.

Puis d’ajouter : « A la semaine six  de l’année 2020, nous avons constaté que  le seuil  d’alerte  de la rougeole a été dépassée,  c’est-à-dire la commune urbaine avait plus de cinq cas. Nous avons investigué ces cas et nous avons prélevé ces six enfants  qu’on n’a envoyés à Conakry et le résultat est venu  deux après semaines, il s’est avéré  que quatre de ces enfants étaient positifs à la rougeole ».

Puis un plan de riposte a été mis en place, consistant à vacciner  les enfants  cibles ou tous les cas  avec positif. Malgré ça les cas continuent d’être enregistrés.

« Alors nous avons fait passer les messages à la radio  pour informer toute la population que les cas de rougeole enregistrés  dans les familles devraient être orientés vers les centres de santé urbain de Lola pour une prise en charge gratuite.  Ce qui fut fait et qui continue jusqu’à présent. A la date du dimanche 05 avril, nous étions à 123 cas  dans la commune urbaine de Lola, enregistrés au niveau du centre de santé urbain. Vu  l’ampleur, la meilleure stratégie était  de vacciner systématiquement  les enfants de 09 à 59 mois  de toute la commune », a souligné Dr Tokpa Doré.

Mais des voix s’élèvent sur les réseaux sociaux pour inviter les populations à ne pas collaborer avec les centres de santé. Arguant que les vaccins utilisés dans le cadre de cette campagne sanitaire seraient truqués et dangereux pour la santé.