Eventuelle hausse du prix du carburant : le PEDN s’insurge contre le fait de faire payer la mal-gouvernance par le peuple

juin 27, 2018 10:18
0

Des rumeurs dans la cité font état d’une éventuelle hausse du prix des produits pétroliers à la pompe durant les prochains jours. Une situation sur laquelle le gouvernement entretient un silence notoire, aidant ainsi à la propagation de la nouvelle qui se répand telle une trainée de poudre.

A propos, le Parti de l’espoir pour le développement national (Pedn) de l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté suppose que cette spéculation restera toujours une spéculation. Car, de l’avis de son chargé de la communication, si cette information est avérée, ce serait catastrophique pour le bien-être des citoyens guinéens.

«Pour preuve, il suffit d’aller au marché pour se rendre compte du niveau du pouvoir d’achat du Guinéen. Alors que les revenus se trouvent à un niveau très bas», évalue Faya François Bourouno dans un entretien téléphonique accordé à Guineenews.
Pour notre interviewé, si le gouvernement arrivait aujourd’hui à augmenter le prix du carburant à la pompe, ce serait un tort qu’il aurait causé au peuple de Guinée. «Parce que c’est ce même gouvernement qui a dit désormais qu’il appliquerait le principe de rigidité. C’est-à-dire qu’à un moment donné, le prix du carburant avait baissé à l’échelle mondiale. Le syndicat avait sollicité que ça soit flexible au niveau de la pompe. Le gouvernement a dit non, et que même en cas d’une éventuelle hausse du prix sur le marché mondial, il n’allait pas augmenter», rappelle-t-il.

Avec un gouvernement intelligent et responsable, fait noter Bourouno, les économies qu’il génère, il les place pour générer des fruits. Chose qui n’est nullement le cas avec le gouvernement guinéen qui entend augmenter le prix des produits pétroliers pour assurer prétendument l’équilibre au niveau macroéconomique ou au niveau budgétaire.

«Aujourd’hui, il n’y a aucune raison valable qu’ils augmentent le prix du carburant. C’est inadmissible. Ce serait injuste. Ce serait la plus grande injustice sociale que la Guinée n’ait jamais subie depuis son indépendance. Puis qu’ils n’ont pas réalisé des économies qu’ils pouvaient utiliser pour assurer la subvention sur le carburant. Et désormais, ils veulent faire payer cette mal-gouvernance par le peuple de Guinée», dénonce vigoureusement notre interlocuteur qui soutient que récemment, l’on a enregistré 30% d’augmentation des recettes minières, mais qui ne soient visibles dans les caisses de l’Etat. Face à cette triste réalité, l’opposant se demande où partent ces milliards.