voir Plus
    jeudi, 22 avril 2021
    33 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

     Face à la corruption en Guinée: le chef de cabinet de la Justice appelle à une croisade contre le fléau

    Alors qu’il représentait le ministre de la Justice aux 7ème journées OHADA ouvertes ce lundi 1er juillet à Conakry, le chef de cabinet Mohamed Koly Camara a déclaré que « la corruption, le détournement, la concussion… sont malheureusement devenus des pratiques quotidiennes.» Cet ancien avocat a alors appelé les magistrats à prendre leur responsabilité et à lutter contre l’impunité.

    Pour Me Mohamed Koly Camara, l’émergence souhaitée par les Guinéens passera forcément par la lutte contre l’impunité. «Notre émergence en dépend. Il faut qu’on travaille dans un cadre saint où l’investisseur qui y arrive a confiance », a-t-il souhaité. Au-delà de  l’émergence, le chef de cabinet du ministère de la Justice estime que la paix sociale dépend également de la lutte contre l’impunité. « La lutte contre les crimes économiques, les blanchiments de capitaux et la paix sociale vont ensemble. Lorsque les écarts sont exagérés et inexpliqués, mais compris par le peuple, vous comprendrez qu’on ne peut pas parler de paix sociale », a-t-il déclaré tout en appelant les magistrats à appliquer la loi. Surtout que le vide juridique qui empêchait la poursuite des crimes économiques a été comblé par le code pénal révisé de 2016.

    Il faut signaler que les septièmes journées OHADA (du 1er au 3 juillet), organisées par la commission OHADA-Guinée et soutenues par l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie), portent sur le thème « Assainissement des affaires en Guinée ».

    « C’est le droit pénal des affaires qui va être étudié pour sensibiliser les entreprises, notamment les dirigeants sociaux, sur les conséquences graves de certains comportements qui sont de nature à ne pas favoriser la sécurité des affaires en Guinée.  Les magistrats et les officiers de police judiciaires vont être outillés à une meilleure prise en charge des infractions en matière d’affaires »,  a expliqué le magistrat Pierre Lamah, président de la Commission OHADA-Guinée et président du tribunal de commerce.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE