Face à la variante britannique à la Covid-19 : voici comment la Guinée compte s’y prendre

0
220

Dans sa riposte à la covid-19 qui connaît une nouvelle vague dans le monde notamment en occident, la Guinée s’organise pour s’adapter à l’évolution de la pandémie, particulièrement en ce qui concerne la variante britannique. C’est ce que le Directeur général de l’agence nationale de la sécurité (ANSS) a déclaré en conférence de presse mardi 12 janvier à Conakry.

Parlant de la variante britannique du Coronavirus, Dr Sakoba Kéita avoue que pour le moment, ‘’ la Guinée n’a pas encore la capacité de différencier cette nouvelle variante de l’ancienne.’’ Ce qui ne va pas durer longtemps comme situation. Du moins à en croire au conférencier.

Toutefois, le patron de l’ANSS espère que son agence pourrait probablement avoir cette aptitude d’ici la fin du mois… Il affirme, par ailleurs, que la Guinée dispose deux appareils de séquençage à Kindia.

Dans la foulée, le chef de l’ANSS annonce l’arrivée à Conakry dès la semaine à venir d’un technicien expatrié pour assurer une mise à niveau des jeunes laborantins guinéens. « Ce matin, on m’a informé qu’un technicien doit arriver la semaine prochaine pour enseigner à nos jeunes laborantins comment faire ce séquençage. En même temps, nous allons profiter des installations de Maférinyah pour voir si (avec) les gens qui viennent des pays où sévit cette nouvelle variante est arrivée en Guinée ou pas », a-t-il déclaré.

Ce qui est sûr, prévient-il, ‘’avec le mouvement des gens et la porosité de nos frontières, personne ne peut prévenir l’introduction de cette nouvelle variante par des mesures efficaces crédibles ». « Donc le mieux, préconise Docteur Sakoba, c’est de continuer les mesures de barrières sanitaires… »

Surtout, rappelle-t-il, ces mesures ont aidé à réduire l’incidence et freiner même la maladie…