« Faire rayonner l’amitié traditionnelle et continuer à écrire de brillants chapitres » : CHEN Xiaodong, Ministre assistant chinois des Affaires étrangères

0
457

-Écrit à l’occasion du 60ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la Guinée

Au moment où nous célébrons le 70ème anniversaire de la fondation de la République Populaire de Chine, la Chine et la Guinée fêtent leurs 60 ans de relations diplomatiques. Le 4 octobre 1959, les deux pays ont établi des relations diplomatiques et une percée de la diplomatie de la Chine nouvelle a été réalisée en Afrique subsaharienne. Cet événement a créé une dynamique amenant plusieurs pays africains nouvellement indépendants dont le Ghana et le Mali à établir rapidement des liens diplomatiques avec la Chine et contribué à la deuxième vague de reconnaissance de la Chine nouvelle, posant un jalon dans le développement des relations de la Chine nouvelle avec l’Afrique et le reste du monde en général.

Au cours des 60 ans écoulés, les relations sino-guinéennes ont fait un parcours extraordinaire. Les dirigeants de vieille génération dont le Président MAO Zedong et le Premier Ministre ZHOU Enlai, forts de leur clairvoyance, ont inauguré les relations sino-guinéennes et posé une base solide pour une amitié inscrite dans la durée. En 1960, le Président guinéen Sékou TOURE s’est rendu en Chine. Il fut le premier Chef d’État africain à visiter la Chine, ce qui a encouragé d’autres dirigeants africains à venir à leur tour en Chine. Entre la fin de 1963 et le début de 1964, le Premier Ministre chinois ZHOU Enlai a fait une tournée dans 10 pays africains dont la Guinée. Ce premier déplacement officiel d’un Premier Ministre chinois en Afrique et a eu des impacts profonds sur les relations sino-africaines. Depuis le XVIIIe Congrès du Parti communiste chinois, le Secrétaire Général XI Jinping, très attaché aux relations sino-africaines, s’est investi personnellement dans la promotion du développement des relations sino-guinéennes. Il a dégagé avec le Président guinéen Alpha CONDE des consensus importants sur le partenariat stratégique global, et dessiné ensemble l’avenir prometteur des relations entre les deux pays.

Les relations sino-guinéennes fondées sur une amitié sincère et un traitement d’égal à égal sont exemplaires. Ayant tous été opprimés par l’impérialisme et le colonialisme, les peuples des deux pays se sont mutuellement témoigné sympathie et soutien. La Chine a fermement soutenu la Guinée dans sa lutte pour défendre l’indépendance et la dignité nationales. La Guinée a développé activement ses relations avec la Chine nouvelle. Elle a soutenu le rétablissement de la Chine nouvelle dans son siège légitime aux Nations Unies et s’est tenue fermement aux côtés de la partie chinoise dans les questions liées à Taiwan et aux droits de l’homme. Les deux parties ont su maintenir depuis de longues années un haut niveau de confiance mutuelle et d’amitié, en observant les principes du respect de la voie de développement conforme aux conditions nationales et librement choisie par chaque partie, de la non-ingérence dans leurs affaires intérieures, et de ne pas imposer sa propre volonté aux autres.

La coopération sino-guinéenne basée sur le bénéfice mutuel, l’égalité et le développement commun est exemplaire. À l’époque, le peuple chinois s’est serré la ceinture pour soutenir le peuple guinéen sans poser aucune condition politique. Depuis le lancement de la politique de réforme et d’ouverture, la Chine, s’attelant à son développement, n’a pas oublié son vieil ami guinéen et a continué à l’accompagner au mieux de ses capacités. Elle a travailler dans l’esprit de « construire des nids pour attirer des phénix » et de « mieux vaut apprendre à pêcher que de donner du poisson » pour aider la Guinée à réaliser un développement soutenable par une coopération équitable et mutuellement bénéfique. La Chine est aujourd’hui le premier investisseur, le premier partenaire commercial et en matière de travaux forfaitaires de la Guinée. La coopération bilatérale progresse bien dans les domaines des infrastructures et de la mise en valeur des ressources. La croissance économique de la Guinée s’est accélérée sous l’impulsion des grands projets réalisés par la Chine dans les domaines de la route, de la centrale hydroélectrique, etc. Devenue le premier fournisseur de bauxite pour la Chine, la Guinée voit son potentiel en matière de ressources naturelles enfin exploité et ses capacités d’autodéveloppement sans cesse renforcées.

La solidarité sans faille entre les peuples chinois et guinéen est exemplaire. Dans les premières heures suivant le séisme de Wenchuan en 2008, la Guinée nous a apporté une aide financière pour soutenir les efforts de secours. En 2014, la Chine est venue rapidement en aide à la Guinée et d’autres pays frappés par l’épidémie d’Ebola et a mis en œuvre sa plus grande opération d’aide humanitaire depuis la fondation de la Chine nouvelle. Les deux peuples ont vaincu côte à côte l’épidémie et construit une muraille d’amitié et de protection pour la vie.

Le monde connaît des changements jamais vus depuis un siècle. La Chine, le plus grand pays en développement, et l’Afrique, continent qui regroupe le plus grand nombre de pays en développement, doivent, dans le sillage de la tendance générale et en réponse à l’aspiration des peuples, renforcer leur solidarité et leur coordination et construire main dans la main une communauté de destin encore plus solide. Cela est dans l’intérêt fondamental des deux parties et correspond au courant de notre époque, celui de la coopération sud-sud. L’heure est venue pour la Chine et la Guinée de mettre en œuvre les acquis du Sommet de Beijing du Forum sur la Coopération sino-africaine et de coopérer dans la construction conjointe de la « Ceinture et la Route» en saisissant toutes les opportunités, afin de porter leurs relations à un niveau plus élevé.

La Chine et la Guinée doivent intensifier la communication stratégique et consolider l’amitié et la confiance mutuelle. Il faut poursuivre la dynamique des échanges de haut niveau, approfondir les échanges d’expérience dans la gouvernance du pays et continuer à faire preuve de soutien réciproque sur les questions touchant aux intérêts vitaux et aux préoccupations majeures de part de d’autre, de manière à approfondir le partenariat stratégique global sino-guinéen.

La Chine et la Guinée doivent renforcer leurs interactions et rester attachées à la coopération gagnant-gagnant. Il faut suivre le concept de développement partagé, intensif, écologique, sûr et ouvert et travailler à la montée en gamme de la coopération afin d’apporter plus de bénéfices tangibles aux deux peuples.

La Chine et la Guinée doivent raffermir leurs échanges et inspiration mutuelle et resserrer leurs liens d’amitié. Il faut élargir et approfondir constamment les échanges et la coopération humains, et accroître les échanges dans les milieux d’éducation, de culture, de média, de think-tank, de femme et de jeune, de façon à perpétuer l’amitié sino-guinéenne de génération en génération.

La Chine et la Guinée doivent promouvoir la coordination internationale et défendre l’équité et la justice. Il faut renforcer la concertation sur des questions internationales comme la paix, la sécurité, le développement durable et le changement climatique, nous opposer sans ambiguïté à l’unilatéralisme et au protectionnisme, sauvegarder le multilatéralisme, l’équité et la justice, afin de préserver les intérêts communs de nos deux pays et de l’ensemble des pays en développement.

Durant ces 60 ans écoulés, nous avons passé le flambeau de génération en génération et surmonté toutes les difficultés. Forts des acquis importants obtenus depuis 60 ans, nous sommes pleinement confiants quant à l’avenir des relations sino-guinéennes. À la lumière de la pensée de XI Jinping sur la diplomatie, la Chine, fidèle aux principes de « sincérité, résultats effectifs, amitié et bonne foi » et à la bonne conception de la justice et des intérêts, est prête à œuvrer en synergie avec le peuple guinéen et tous les peuples africains pour construire une communauté de destin Chine-Afrique encore plus solide et écrire de nouveaux chapitres encore plus brillants dans les annales de l’amitié sino-guinéenne et sino-africaine.