Faits divers à Tougué : Le préfet administre une gifle à son Secrétaire

mai 8, 2018 3:55
0

Ce mardi 8 mai, le préfet de Tougué a administré une gifle à son secrétaire, à appris votre quotidien électronique Guinéenews©.

Contacté par la rédaction locale de Guinéenews© basée à Tougué, Ibrahima Sandaké Baldé, le Secrétaire de la préfecture  revient sur les circonstances de sa mésaventure : « C’est hier que j’ai pris une autorisation d’absence pour participer à la cérémonie de couronnement de mon grand frère au village de Sandaké. Il (le préfet) m’a dit que je dois venir aujourd’hui mardi travailler. Je suis venu ce matin, mais comme les préparatifs c’est aujourd’hui, j’ai réitéré ma demande. Je ne peux pas rester sans participer à la cérémonie de mon grand frère. C’est ainsi qu’il m’a trouvé à mon bureau pour me gifler. »

Pour sa part, le préfet Elhadj Abdourahamane Baldé, accuse son Secrétaire d’absentéisme chronique au travail: «c’est un monsieur qui ne vient jamais à l’heure. Tous les jours, il vient à 10 heures parfois à 11 heures au bureau. Il est revenu de Conakry, il y a 4 jours. Il a pris une autorisation d’absence de six pour aller faire deux mois. Parfois, je suis obligé de trouver d’autres pour assurer le Secrétariat. »

Revenant sur les incidents, le préfet déclare : « quand il a pris l’autorisation pour trois jours, je lui ai dit de venir ce mardi travailler jusqu’à 15 heures et partir. Le mercredi jour de la cérémonie, il reste auprès de sa famille. Et même moi, j’avais envisagé d’être avec eux. Car, c’est une belle famille à moi. Et le jeudi, il revient continuer le travail. Il s’est mis à crier sur moi et il voulait à tout prix partir assister à la cérémonie. C’est ainsi que sous l’effet de la colère et pour le discipliner je lui ai administré une gifle. Parce qu’il est avant tout, un jeune frère à moi et de loin. Il me doit du respect. »

Poursuivant son intervention, le préfet menace de suspendre le salaire de son secrétaire s’il ne travaille pas: «d’ailleurs s’il s’en va sans travailler, je vais suspendre son salaire et le reverser au Trésor public.»

La société civile ayant été saisie du dossier tente de jouer à la médiation. Pour rappelle un Directeur d’école avait aussi été victime de gifle de la part du préfet de Tougué au mois de juillet dernier.