Faits divers: une affaire de concubinage tourne au drame à Mamou

mai 25, 2018 3:29
0

Les faits se sont produits à Bantara Sountou relevant du district de Bassambaya, dans la sous préfecture de Dounet à une trentaine de kilomètres de la ville de Mamou. Le mercredi 23 avril, aux environs de 22 heures, Kadiatou Barry mariée et mère de deux enfants a reçu des balles sur ses orteils lorsqu’elle tentait de défendre sa maman qui était aux prises avec son amant.

Mamadou Barry, petit frère de la victime revient sur les circonstances de cette tragédie: «un jeune nommé Thierno Amadou Sidibé suivait ma mère depuis 2016. Pour conquérir ma mère, il utilisa un talisman avec une corne qu’il installa dans notre maison. Il détourna ma mère vers Siguiri. Je suis allé et la ramena. J’ai décidé d’attendre pendant deux semaines Thierno dans notre village pour en finir avec lui. Il rentra au lendemain de mon voyage pour Conakry où je me débrouille. Un jour, il se bagarra avec mon père, ils se sont séparés à la gendarmerie. Pendant le mois de ramadan dernier, Thierno a invité ma mère à Siguiri, elle y resta 3 mois avant de rentrer en famille. Dès son retour, il menaça ma mère de quitter le foyer et de rejoindre ses parents à Dougouwoulen. Ce que ma mère a fait. De là-bas, ma maman insista qu’on lui construit une maison pour qu’elle rentre. Pendant ce mois de ramadan, j’ai décidé de ramener ma mère dans le foyer. Au 3ème jour du Ramadan, je suis allé la chercher à Dougouwoulen et elle est revenue à la maison le mardi 22 mai dernier. Pour qu’elle continue à y rester, mon papa  trouva hier mercredi un féticheur pour enlever dans notre maison le talisman qui envoûte ma mère. Lorsque Thierno a appris la destruction du talisman, il vint dans la journée à la maison, à l’aide d’une faucille pour s’attaquer à ma mère. Mon papa s’interposa, il prit la fuite. Vers 16h, il revient chercher ma mère, dès qu’il m’a vu il prit encore la fuite. A 18h, il téléphona à ma mère pour qu’elle lui prépare de la bouillie. Informé, j’ai dis à ma mère de faire le jeu pour qu’on puisse mettre main sur lui. J’ai pris des dispositions avec mes camarades. La nuit, Thierno tenta de faire sortir ma mère pour qu’elle lui apporte la bouillie loin de nous, mais ma mère insista afin qu’il rentre. C’est ainsi qu’il rentra dans la maison. A l’aide d’un fusil, il reprit les menaces contre ma mère. Brusquement, nous sommes rentrés, il jeta ma mère vers nous, il visa celle-ci avec l’arme qu’il a avait, muni d’un bâton, j’ai tapé le fusil qui tomba avant de détonner. Les balles atteignirent les orteils de ma grande sœur. Nous nous sommes jetés sur lui pendant qu’il voulait tirer la seconde balle.»

La dame Fatoumata Barry reconnait avoir vécu avec l’auteur du tir : « Thierno Amadou m’a proposé de vivre avec lui. Après une année passée avec lui, je lui ai dis que je ne peux plus continuer avec lui, car j’ai des enfants. Il m’a menacé. A la gendarmerie de Dounet, chacun de nous a pris un engagement d’abandonner l’autre. Celui qui viole l’engagement, devrait payer deux millions. Mais il a toujours insisté de me suivre avec des menaces. Puisque là où j’habite est isolé, j’ai décidé de rejoindre mes parents à Dougouwoulen pour me sauver », a-t-elle confié.

Sa fille Kadiatou Barry qui suit des traitements à l’hôpital de Mamou, a été amputée des orteils. Thierno Amadou Sidibé dont on ignore l’âge est marié à deux épouses et père de quatre enfants. Il a été interpellé par la brigade anti criminalité N° 16 de Mamou.

Nous y reviendrons.