Falsification de la Constitution : un avocat trouve « scandaleuse » la sortie du ministre de la Justice

0
713

Pour l’avocat Pépé Antoine Lama – qui s’est montré comme l’un des défenseurs de l’ordre constitutionnel en Guinée – la sortie du ministre de la Justice Mamadou Lamine Fofana sur le texte constitutionnel contesté est tout simplement « scandaleux ». Il estime que le peuple a été dupé. Lisez sa réaction :

« C’est des contrevérités de dire que c’est le texte soumis au référendum le 22 mars qui a été publié au journal officiel le 14 avril 2020. Le seul texte qui a été soumis au référendum constitutionnel est le texte publié au journal officiel en janvier. Ce texte n’a été publié ni par l’opposition, ni par la société civile, mais par ceux-là qui ont décidé de doter la Guinée d’une nouvelle Constitution… Il dit que ce texte a été amendé. Mais à quel moment ? C’est le texte autour duquel la campagne pour le référendum a été menée qui devait être publié au journal officiel. Même les promoteurs du troisième mandat ne peuvent pas dire le contraire. Puisque c’est avec ce document qu’ils ont fait le tour de la Guinée. S’ils ont pris soin de faire des amendements, comme il le dit, pourquoi ces amendements ne sont pas parus dans le texte publié au journal officiel avant les élections. Ça pousse simplement à croire que le peuple a été dupé. C’est tout simplement scandaleux ce que j’ai entendu. La première élection était prévue en février et document a été publié en janvier. Si c’est pendant qu’on repoussait les élections que ces amendements ont eu lieu, c’est qu’ils ont été faits dans la plus grande discrétion. Tout le monde sait que les promoteurs de la nouvelle Constitution se tapaient la poitrine ; disant qu’ils ont apporté de la nouveauté à la démocratie guinéenne en consacrant cette fois-ci la candidature indépendante. Sur ce point, ils ont même été accompagnés par certaines organisations de la société civile. Ces organisations ne se reconnaissent pas aujourd’hui dans le document publié. Ils ont vraiment trompé les gens. »