Faranah: des domiciles de gendarmes saccagés par des étudiants du CFP après la mort d’un des leurs

0
1755

 La journée du vendredi 15 février a été fortement perturbée par des échauffourées entre des élèves et des gendarmes de l’escadron mobile No13. En cause :

Un étudiant de la première année, filière plomberie du centre de formation professionnelle de Faranah (CFP) qui répondait au nom de Amadou Cissé, alias «Steeve» a trouvé la mort dans le fleuve Niger lorsque les gendarmes pourchassaient leur groupe. Le jeune étudiant a quitté l’école à 10 heures pour se rendre au bord du fleuve Niger, à proximité de son école où des élèves et étudiants pratiquant l’école buissonnière, ont l’habitude de se regrouper. Ce qui avait coïncidé à une patrouille mixte de la brigade de recherche et de la gendarmerie d’escadron mobile contre les jeunes qui fument du chanvre indien aux abords du fleuve Niger et d’autres malfaiteurs de la ville.  En prenant la fuite, la victime s’est jetée dans le fleuve qu’il n’a pas pu traverser et il y a péri par noyade.

Selon certaines informations, la victime a été prise dans l’eau par un filet qui muni de plusieurs hameçons.  Cette disparition tragique de cet étudiant a provoqué la colère chez ses amis. Aussitôt, ces derniers ont pris son corps pour le mettre à la disposition de la mairie après avoir barricadé le pont sur le fleuve Niger à la rentrée principale de la ville.

C’est par la suite qu’ils se sont retournés contre les gendarmes en les caillassant. Dans leur furie, ils ont saccagé le premier cabinet d’instruction du tribunal de première instance  où un juge d’instruction a perdu son téléphone avant d’atteindre la gendarmerie.

Devant l’ampleur que prenait la manifestation, les gendarmes sont finalement intervenus pour les disperser à l’aide des gaz lacrymogènes. De la gendarmerie, les manifestants sont allés saccager le domicile de trois gendarmes dans le quartier de la victime. Certains objets ont été incendiés et d’autres emportés.

C’est en ce moment que le bureau exécutif communal a saisi les autorités judiciaires avant de se lancer dans la sensibilisation des jeunes frondeurs qui ont réussi à paralyser les activités dans la ville.