Faranah : les enseignants titulaires toujours démobilisés

octobre 22, 2018 3:27
0

L’appel du gouvernement dans un communiqué rendu public dimanche et ce lundi matin par la radio nationale, signé du chef du gouvernement, invitant les parents d’élèves et enseignants encore réticents à envoyer les enfants à l’école ce lundi 22 octobre n’est pas tombé dans les oreilles attentives des enseignants titulaires chargés de cours. Quant aux parents d’élèves, ils ont fait une mobilisation effective des enfants vers les écoles qui sont restés à l’attente des enseignants jusqu’à 9 heures tard.

Nombreux sont des élèves qui ont marqué leur présence dans les classes ce matin qui ont rejoint la maison vers 10 heures par manque d’enseignants en classe. Comme depuis le 3 Octobre, les enseignants titulaires des écoles publiques sont restés inertes à la maison en suivant le mot d’ordre de grève lancé par le syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG). Ils se disent prêts à prendre en main toutes les conséquences face à la fermeté du gouvernement. Les encadreurs ont ouvert les classes le matin mais les enseignants chargés des cours n’ont pas signé leur présence. Là où on trouvait 1 à 2 classes occupées pour les cours, rien n’en a été ce lundi. Aucun cours n’a eu lieu au plus grand lycée de la place qui est le lycée Gamal Abdel Nasser pour ne citer que celui-ci. L’effectivité des cours reste toujours très faible. Depuis l’ouverture des classes en Guinée pour l’année scolaire 2018-2019, l’éducation reste toujours secouée à Faranah. Cela, en raison de cette grève lancée par le SLECG sur toute l’étendue du territoire national. Une grève largement suivie dans la ville de Faranah. C’est pour quoi depuis le lancement de la grève à nos jours, les cours n’ont pas eu lieu dans les établissements privés et publics de la préfecture.

Rencontré, le Secrétaire général du SLECG à Faranah, Alain Kognon Bilivogui, martelle : <<Je vais commencer toujours par remercier les enseignantes et enseignants de Faranah. Et à chaque sortie du premier Ministre dès fois ça énerve les enseignants. C’est pour quoi aujourd’hui la journée du 22 Octobre est une journée déterminante. Aucun enseignant titulaire n’a mis pied dans une école. Même les écoles où au moins 1 ou 2 enseignants partaient, la journée du 22 aujourd’hui aucun enseignant n’a mis pied dans ces écoles. Je demande aux enseignantes et enseignants de continuer à observer le mot d’ordre de grève et aux parents de garder leurs enfants à la maison jusqu’à la fin des négociations a t- il lancé>>.
A noter que les cours sont toujours paralysés depuis le 3 Octobre, date du lancement officiel de cette grève syndicale.
Faranah.