Faranah: Les femmes des sections 1 et 2 du RPG menacent le gouverneur

0
613

Les femmes des sections 1 et 2 du RPG se sont  mobilisées, dimanche soir, à la résidence du gouverneur pour exiger la validation de leurs sections. Là, elles n’ont pas eu accès au gouverneur, Mohamed Ismael Traoré pour lancer leur dernier ultimatum au locataire du gouvernorat.

Militantes et sympathisantes du parti de la mouvance présidentielle depuis 1993, elles ont appris, il y a 72 heures, l’invalidation de leurs  sections. Ce qui a provoqué leur-ras-le-bol. Depuis,  elles se sont mises à pied d’œuvre pour se faire entendre.

Selon elles, le gouverneur  est l’auteur de l’arrêt de la validation de ces sections. C’est pourquoi, elles menacent de descendre dans la rue ce lundi matin pour rallier le gouvernorat. Ce dimanche soir,  elles se sont données rendez-vous d’abord au siège historique du parti chez feu Bandjou Oulen qui est fermé depuis deux ans au minimum avant de rallier la résidence du gouverneur.

Très en colère contre le refus du gouverneur de les recevoir, elles ont promis de revenir pour se faire entendre.

Interpellée dans la cour du gouverneur, leur porte-parole: “ Nous femmes des sections 1 et 2 du RPG sommes venues rencontrer le gouverneur sans violence pour régler sans délai le document de validation de nos sections. Alpha Condé est dans notre sang. Personne ne peut nous effrayer ni les agissements ou le bruit de quelqu’un. Nous sommes avec Alpha Condé jusqu’à la mort. Nous n’avons pas eu peur du général Lansana Conté avec ses armes. Nous avons récupéré la mairie en 2005. Durant 7 jours, nous sommes dans la rue pour récupérer la mairie. Ceux qui sont là aujourd’hui ne savent pas ça. Si le gouverneur refuse de nous recevoir chez lui dans la paix, ce soir, il nous verra au gouvernorat demain matin”.

Poursuivant, elle a rappelé : “ On sait ce que nous avons fait pour ce parti. On ne gâtera pas ce parti car c’est nous qui l’avons semé ici, il s’est développé. Les fruits sont mûrs et tout le monde en profite aujourd’hui. Nous n’avons pas fait ça dans la bagarre ni dans la frustration. Nous réclamons notre droit. Les femmes qui sont venues nous diffamer chez le gouverneur ici ont fait raser la tête de leurs maris ici devant nous pour les obliger à adhérer au PUP. Et elles ont fait porter le T-shirt du RPG aux chiens devant nous ici.”