Faranah : Les jeunes des quartiers Sirikoleny  en colère contre EDG

0
847

Après les quartiers de Tonkolonko 1 et 2, nombreux sont les jeunes des quartiers Sirikoleny 1 et 2 qui se sont manifestés ce mercredi, 20 mai 2020, pour exprimer leur ras-le-bol. Munis des cailloux, des branchettes et d’autres objets usés, les manifestants sont partis de leurs quartiers respectifs pour le grand rond-point de la ville. Là, ils ont barricadé la route nationale pendant quelques minutes avant de se rendre à la préfecture, au gouvernorat, et au siège de l’EDG locale.

Ils scandaient des propos hostiles à l’entreprise : « À bas EDG, EDG zéro, directeur zéro, Gouverneur, on n’a pas le courant, On en a marre, fausses promesses, c’est fini ».

Sur leur trajectoire, ils ont déversé des ordures par endroits. C’est le cas de la cour de l’EDG où ils ont jeté des feuilles, des branchettes d’arbres et d’autres objets usés qu’ils détenaient.

Alhassane Camara est l’un des manifestants. Il revient ici sur les mobiles de cette manifestation : « Ça fait un mois, on n’a pas eu le courant. Nous avions voulu nous manifester, le gouverneur, le maire et le préfet, nous ont dissuadés en nous promettant que le transformateur va venir dans deux ou trois jours. Il y a deux semaines de cela. Après ce délai, on n’a pas vu le transformateur. Ils nous ont envoyés l’ordre de mission en disant que le transformateur vient. Ça encore, ça fait une semaine. À chaque fois, ils nous mentent.

Les fausses promesses, c’est fini. C’est à cause de ça que nous sommes aussi mobilisés. Il faut qu’il ait courant. Il faut que notre transformateur vienne. On veut un transformateur de 500 KVA. C’est ce qui a été promis. Tant que le transformateur ne vient pas, on va continuer à se manifester. »

Face à cette situation, le chef de centre de l’EDG de Faranah, Karifa Sylla, apporte des précisions : « J’ai trop communiqué autour de ce dossier. Le problème c’est leur transformateur est grillé. J’ai trouvé le remplaçant à Conakry. Le transfo est embarqué. Le chauffeur est prêt, les frais de mission sont payés. Le vendredi passé, le chauffeur est passé à Donka pour le test. C’est avant-hier lundi que le résultat est sorti négatif. Maintenant, il n’a pas encore le laisser-passer délivré par les autorités sanitaires de Conakry. Donc, ce n’est pas de notre faute. J’appelle les citoyens à la retenue, et au calme. Même ce matin, j’ai appelé ma hiérarchie à Conakry. Ils sont au courant. »