Faranah : une bagarre rangée entre deux écoles a paralysé les cours ce jeudi

856
Manifestation des élèves à Faranah 19-11-18

Les cours ont été fortement perturbés ce jeudi 21 janvier dans les concessions scolaires de la commune urbaine de Faranah. Une simple bagarre entre deux groupes d’élèves a dégénéré pour devenir une bataille entre deux établissements. Bilan, plusieurs salles de classe, y compris un centre informatique ont été vandalisés au collège Niger et au Collège-Lycée Franco-arabe. Il a fallu l’intervention des forces de l’ordre pour disperser cette horde d’élèves vandales dans les rues.

 Qu’est ce qui a pu bien mettre la ville en ébullition ce jeudi ?

 Interrogé sur les raisons de ces incidents, le Conseiller à l’orientation du collège-lycée franco-arabe, Bangaly Bérété, témoigne : « ce matin comme d’habitude, j’avais le cours de géographie. Les élèves étaient massivement présents. Après avoir fini de recopier la leçon, pendant les explications, il ya un jeune (élève du collège Niger, ndlr) est venu crier à la porte de la salle de classe. Nos élèves lui ont dit de quitter la porte pour ne pas perturber leur cours. C’est ainsi que le chef de classe Djibril est allé le repousser jusque derrière la salle de classe. Les élèves qui étaient avec leur chef de classe Djibril, ont frappé le jeune en question qui s’appelle Mamady. Celui-ci est, à son tour, entré en colère. Dans la foulée, je suis venu calmer le jeune parce que je le connais jusque dans sa maison. Avec l’aide de deux autres enseignants, nous avons réussi à calmer la situation puis nous sommes rentrés en classe. Mais déjà, le jeune Mamady avait gâté l’écouteur du téléphone du chef de classe, Djibril. C’est ainsi que j’avais menacé Mamady d’informer la direction de son école. C’est dans ce climat déjà délétère qu’il aller chercher ses amis élèves en renfort. Ils ont débarqué et proférer des injures à l’endroit des élèves étaient en cours en classe.  Une attitude défiance qui a sans doute irrité la colère des élèves du collège-lycée franco-arabe qui étaient en tous en cours. Et il y a eu une véritable scène d’intifada entre les deux camps… »