Faut-il rouvrir les mosquées lors de la nuit du destin? El hadj Saliou Camara répond

0
843

Fermées depuis le 26 mars dernier pour éviter la propagation du Covid-19, des mosquées ont été investies cette semaine par une foule de citoyens avant d’être rouvertes.

Joint au téléphone ce vendredi 15 mai, le premier imam de la grande mosquée de Conakry, Elhadj Mamadou Saliou Camara,  dira ceci : «Nous sommes prêts à appliquer à la lettre les décisions des autorités guinéennes. Il faut, cependant, rappeler que les marchés regroupent plus de monde que les mosquées où on ne peut prendre que 5 minutes pour sortir. Alors que dans les marchés, les gens passent toute la journée ensemble, les uns sur les autres. Nous sommes en train de nous battre pour la réouverture des lieux de cultes.

C’est dans ces lieux que nous implorons la miséricorde de Dieu pour qu’Il mette fin à la propagation de la maladie dans notre pays. Mais il se trouve aujourd’hui que ces lieux d’invocation sont fermés. C’est pourquoi d’ailleurs beaucoup plaident pour la réouverture des mosquées. L’Etat fait son mieux pour nous épargner de cette maladie. C’est une bonne idée, c’est pourquoi moi je ne force rien».

Interrogé sur la célébration de la nuit du destin Laylat al-Qadr, le grand imam de Conakry a répondu avec ironie : « le mois de ramadan est plus que la nuit du destin. La chose qui a fermé les mosquées est plus que cette nuit».