Fête du 8 mars: Dr Oussou passe un savon aux porteuses de pancartes appelant à un référendum constitutionnel

0
1374

«Cette Mamaya n’impressionne personne… Il ne faut pas que Alpha Condé contourne. Le jour où il parlera de nouvelle constitution, il verra…»

Au cours d’un défilé qu’elles ont fait sur l’Esplanade du Palais du peuple ce vendredi 8 mars, des femmes ont brandi des pancartes sur lesquelles pouvait-on lire : « Oui au référendum!’’  ‘’Oui à la nouvelle Constitution’’.

Une « manœuvre » politique qui n’ébranle pas le président du groupe parlementaire des Libéraux Démocrates. L’honorable Dr Fodé Oussou Fofana l’exprime entre ces lignes dans un entretien téléphonique à Guinéenews. Lisez!

« Ce qu’il faut retenir, c’est qu’il y a eu deux catégories de femmes : il y en a qui ont brandi des pancartes en disant qu’elles voulaient la paix et qu’elles sont contre la révision de la Constitution,  il y en a d’autres qui ont brandi des pancartes en disant oui à une nouvelle Constitution.

Ce qui convient de retenir encore, c’est que ces autres femmes, manipulées par le pouvoir, ne peuvent pas assumer leur responsabilité. Parce que si le pouvoir veut un troisième mandat ou une nouvelle Constitution, ce n’est pas la peine de passer par ces femmes. Allez demander à ces femmes vendeuses à  Madina ou à Avaria, c’est quoi la Constitution. Elles n’y connaissent rien là-dedans. Ce sont des femmes qu’on a regroupées pour les distribuer des pagnes avec un peu d’argent comme prix de couture, peut-être 50.000 comme transport pour rallier l’esplanade du Palais et auxquelles on a remis des pancartes.

Mais ce n’est pas parce que ces femmes ont brandi des pancartes de propagande qu’il y aura une nouvelle Constitution. Il ne faut pas qu’il contourne, monsieur Alpha Condé doit clairement dire qu’il veut une nouvelle Constitution. Le jour où il va le dire, il verra la réaction du peuple de Guinée par rapport à cela.

Deuxièmement, il faut retenir que toutes les personnes, qu’elles soient ministres ou fonctionnaires et qui sont en train de faire la promotion du troisième mandat, sont connues. Mais si elles  tentent, elles répondront de leurs actes. Parler d’une nouvelle Constitution, c’est comme parler d’un coup d’Etat constitutionnel. Comme au Burkina, au Niger, ils ont un visage. Les noms sont connus. La liste sera faite et ils répondront de leurs actes.

Heureusement, le président Alpha Condé est un homme de Droit. Il sait, c’est quoi un serment. Quand tu as mis ta main sur une Constitution, tu as juré sur là-dessus et après tu essaies de  violer ce serment, tu vas répondre devant la justice. Puisque la durée du mandat est intangible. Donc, cette Mamaya n’impressionne personne.

Elle est sans effet. Sinon, cette fête devrait être mise à profit pour parler des difficultés auxquelles sont confrontées nos mères, nos sœurs et nos épouses. Hélas! Mais ce qu’il faut relever, c’est que les femmes qui ont brandi ces pancartes ne sont pas représentatives des femmes de Guinée. C’est une honte pour ce régime ».