Fête du 8 mars: la promotion de l’entrepreneuriat féminin au cœur de l’événement

0
1602

Le 8 mars prochain, la Guinée va célébrer la journée internationale de la femme à l’instar des autres pays du monde. Mais avant, les autorités en charge de la promotion de la femme s’activent sur le terrain pour que la fête soit belle.  «Autonomisation des femmes en lien avec  le développement durable: bilan de 2010 à nos jours», c’est le thème retenu en Guinée cette année.

Au cours d’une conférence animée vendredi 1er mars à la Maison de la Presse à Coléah, la ministre de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, Mariama Sylla, a rappelé que cette fête est une occasion d’évaluer les 12 domaines du programme d’actions adopté en 1995 à Beijing. «En 1995, les Etats du monde se sont retrouvés  à Beijing où ils ont adopté un programme d’actions assorti d’une déclaration des chefs d’Etat et de gouvernements du monde entier. Ce programme d’actions a 12 domaines. Ce sont ces 12 domaines qui sont  évalués, qu’il soit au niveau national, sous-régional ou au niveau international où nous venons dire voici ce qui est fait, voici ce qui reste à faire. Mais qu’est-ce  qui fait que nous n’avons pas atteint la cible que nous visons. De ces contraintes et défis à relever, nous définissons également un cadre d’intervention et au retour ce sont des plans d’actions que nous élaborons. Mais aussi des politiques que nous élaborons doivent être harmonisées avec des conclusions des rencontres que nous tenons», a-t-elle affirmé.

Parlant du thème national, qui allie autonomie des femmes et le développement durable, Mme Diaby Mariama Sylla indique que la réalisation des objectifs du développement durable (ODD) exige des changements transformateurs, des approches intégrés et de nouvelles solutions, en particulier lorsqu’il est question de promotion d’égalité des sexes et d’autonomisation de la femme.

«La journée internationale s’adresse aux grands de l’industrie, aux jeunes couches  qui changent la donne, aux entrepreneurs sociaux,  à toutes celles et à tous ceux qui militent en faveur de l’égalité des sexes ainsi qu’aux femmes innovatrices afin d’envisager comment l’innovation peut aider à éliminer les obstacles et à accélérer les progrès vers l’égalité, encourager les investissements dans les systèmes sociaux sensibles à la dimension du genre, et bâtir des services et infrastructures adaptés aux besoins des femmes et des filles », a-t-elle expliqué.

Plus loin, la ministre de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, a parlé des activités prévues par son département à l’occasion du 8 mars : « […] On a dit qu’il est bon que nous pensions à nos sœurs qui sont alitées. Lorsqu’on regarde le résultat des études qui ont été réalisées, je trouve qu’on est exposé au cancer. Le cancer du sein.  Chaque semaine, je reçois des femmes qui sont atteintes du cancer du sein. Mais il y a d’autres qui se cachent. Celles qui ont le cancer de l’utérus. Donc on va aller rendre visite à des femmes comme ça pour leur prouver qu’on ne les a pas oubliées. Nous avons également prévu de faire voir le savoir-faire des femmes guinéennes à travers une exposition des produits de l’entrepreneuriat féminin.»