Fête du travail: voici ce que réclament les centrales syndicales CNTG-USTG

mai 1, 2018 4:48
0

En Guinée, la fête internationale du travail célébrée ce 1er mai au palais du peuple avec faste, a été aussi une occasion pour l’inter centrale syndicale CNTG-USTG de présenter un cahier de charges au gouvernement. Ledit cahier de doléances a été présenté par le Secrétaire général de l’Union Syndicale des Travailleurs de Guinée (USTG), Louis M’Bemba Soumah. C’était devant le Premier ministre Mamadi Youla qui avait à ses côtés le ministre de l’Emploi et du Travail, Damantang Albert Camara. Guinéenews propose in extenso le contenu de cette déclaration des travailleurs. Lisez !

«Le respect de l’administration du travail, de la réglementation des conditions de vie et de travail des sous-traitants et interdiction formelle de sous-traiter les postes permanents dans les entreprises privées.

L’arrêt des licenciements abusifs au niveau des entreprises et sociétés privées et parapubliques ; la création avant fin juin 2018 du tribunal administratif ;

Le payement des pensions des retraités au même moment que les salaires des actifs ;

La prise en compte des revendications des militaires et retraités et veuves relatives aux indemnités de séparation ;

La finalisation de la biométrie des retraités de Guinée d’ici fin mai et la revalorisation des pensions au début du deuxième trimestre 2018 ;  

L’augmentation des pensions de retraite concomitamment à celle de la pension d’augmentation des salaires,  

Le déplafonnement des cotisations à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale  (CNSS) en vue de l’amélioration des pensions des retraités du secteur privé et mixte ;

L’ouverture immédiate des négociations entre les directions et les syndicats dans les entreprises privées, mixtes et parapubliques suite au protocole d’accord du 09 octobre 2017 ;  

 L’identification de toutes les PME et autres entreprises et sociétés et l’immatriculation de nos employés à la CNSS ;

La poursuite du programme de formation et de perfectionnement des travailleurs du secteur privé, de l’ONFPP à travers le fonds national de qualification et de perfectionnement professionnel ;

L’accélération de reprise des entreprises fermées  entre autres Sotelgui, Salguidia, Fria, Forécariah Mining, Guinéa Mining ;

La mise en œuvre rapide du programme des logements sociaux en faveur des travailleurs ;

 La protection du consommateur guinéen par des mesures de surveillance stricte des produits mis sur le marché ;

La réglementation de la production de l’eau à usage commercial et l’interdiction formelle des emballages plastiques non biodégradables ;

La réactivation du service de contrôle des prix et conjonctures en vue d’un meilleur contrôle de circulation des produits alimentaires importés ou locaux ;  

L’arrêt systématique de la concurrence déloyale due à l’importation massive des produits de consommation pour lesquels la matière première existe en abondance dans notre pays ;

La lutte à outrance contre le fléau de la drogue qui gangrène la couche juvénile aussi bien dans les villes que dans les campagnes ;

La suppression des barrages non conventionnels ;

La prise en charge intégrale des points de revendication des fédérations syndicales des transports en date du 26 avril 2018 ;

La révision à la hausse du SMIG de 440 000 à 1 200 000fg ;

Le payement de primes non encore pris en charge suivant le statut particulier de la santé ».