Fêtes de fin d’année en rase campagne : la gendarmerie déjà à pied d’œuvre pour limiter les dégâts

0
519

Les fêtes de fin d’année ont toujours constitué une période de hauts risques pour la circulation routière. Tous les pays dont le nôtre, vivent ce phénomène.

C’est l’époque de l’année où l’on note, dans un bref intervalle de temps (une dizaine de jours, tout au plus, entre le 24 et le 31 décembre), une hausse considérable des accidents avec leur cortège de morts, de blessés et de dégâts matériels. Face à cette situation alarmante, les services de sécurité réagissent toujours pour limiter les dégâts. Pour que fête ne rime pas avec deuil, désespoir ou lamentation.

C’est ainsi que chez nous, cette fois encore, la gendarmerie routière anticipe et innove pour réduire les risques d’accidents. La stratégie habituelle a été améliorée. De nouvelles dispositions ont été adoptées, tenant compte des expériences des années précédentes et de la synthèse des informations recueillies sur le terrain, ces derniers temps.

A travers une note de service datée du 17 décembre, le lieutenant-colonel Michel Koly Sovogui, commandant de la gendarmerie routière a donné des instructions à toute la chaîne de commandement placée sous son autorité (Commandant Adjoint, Commandants d’Unités, Commandant de la Brigade Mobile, Chefs pelotons Motorisés et chargés des Opérations), pour permettre aux populations de passer des fêtes de fin d’année sans incident, ni accident.

Au-delà de la commission d’infractions au code de la route observée pendant les fêtes, (alcool et/ou drogue au volant, excès de vitesse, etc.), le commandant de la gendarmerie routière a évoqué d’autres formes d’insécurité qui sont enregistrées de temps à autre. C’est le cas des coupeurs de route pour qui, les jours de fête constituent une aubaine pour la commission de leurs forfaits et le trafic d’êtres humains qui touche principalement les enfants.

Ce sont ces situations gravissimes, de nature criminelle, qui se combinent aux infractions au code de la route, pour rendre la circulation assez risquée, voire dangereuse, pendant les fêtes de fin d’année.

S’y ajoutent les conducteurs des deux roues, surtout les motos-taxis qui font parler d’eux dans un sens peu amène, vu les imprudences qu’ils commettent et les accidents graves dans lesquels ils sont souvent impliqués.

Pour limiter les risques, le lieutenant-colonel Michel Koly Sovogui en appelle à la vigilance des gendarmes auxquels il demande de sillonner et veiller en parfaite synergie, 24 h/24, sur l’ensemble du réseau routier sous leur contrôle, pour garantir aux usagers et à leurs biens, une parfaite sécurité en rase campagne. En outre, il leur enjoint d’agir toujours avec la fermeté et le discernement requis et dans le strict respect des droits de l’homme. Ces consignes, précise-t-il, restent valables avant, pendant et après les deux fêtes du 24 et du 31 décembre.

Dans le bref contact que nous avons eu avec lui, il nous a dit toute sa satisfaction, ainsi que celle du Haut Commandant de la Gendarmerie Nationale, Directeur de la Justice Militaire, pour le calme qui a prévalu en rase campagne pendant les fêtes de fin d’année 2018. Aucun accident n’a été enregistré dans ce secteur d’activités de la gendarmerie pendant cette période, sur l’ensemble du territoire national.

 Mais, ce résultat positif de l’année dernière ne lui fait pas perdre de vue que la situation peut évoluer dans l’un ou l’autre sens. « Voilà pourquoi nous anticipons et restons toujours sur nos gardes. La vigilance est l’une de nos qualités », dira-t-il, avant d’ajouter qu’« il est plus facile d’être premier que de le rester ».

Au regard des dispositions envisagées cette année, il est permis d’espérer que les fêtes se passent bien.

Le statut de corps d’élite que les populations concèdent à la gendarmerie nationale y sera pour beaucoup, certes. Mais à cela s’ajoutera nécessairement le comportement citoyen des usagers qui devront faire preuve de responsabilité dans leur comportement sur la route.

C’est l’appel que le lieutenant-colonel Michel Koly Sovogui lance à tous les usagers qui comptent circuler en rase campagne, le (s) 24 et/ou le 31 décembre de cette année, pour que la fête soit bonne.