Fichier électoral: Ces données qui confondent Djenabou Touré

0
563

Le fichier électoral en phase d’établissement, en vue des législatives prévues le 16 février prochain ne cesse de défrayer la chronique. Des versions contradictoires se multiplient autour du dossier, notamment pour ce qui porte sur des anomalies que comporte le document…

En conférence de presse, mardi dernier, la directrice du département fichier donnait des chiffres sur les anomalies que comporte ledit fichier. Une réaction sur fond de démenti, aux allégations de certains de ses collègues,  ayant suspendu leur participation au processus électoral en cours.

Selon Djenabou Touré, c’est la circonscription de Dalaba qui compterait le plus d’anomalies, suivi de Boffa, Gaoual, Dubreka… Dixinn, Ratoma et enfin Kankan.

Seulement, ce qui était censé mettre fin à la polémique n’a fait que l’attiser. En effet, un document dont Guineenews s’est procurée copie, contient des chiffres qui contredisent cette version Mme  la commissaire.  Surtout à propos des circonscriptions de Dalaba.

Selon ce document, Dalaba aurait plutôt 723 anomalies contre les 7321 cas déclarés par la directrice du département fichier à la CENI. Ce n’est pas le seul fait intriguant dans cette circonscription. Il y a aussi et surtout le fait que le nombre d’anomalies dépasse celui de cas de décès signalés (7321 sur 6242).

Face à cette incompréhension, Guineenews a contacté le commissaire Safa Tounkara qui mettait récemment en doute la qualité du fichier actuel qui, selon ses propres termes pourrait conduire à « la catastrophe. »

Au téléphone de Guineenews, l’adjoint de Djenabou Touré, au département fichier électoral n’est  pas allé du dos de la cuillère. Safa Tounkara  affirme tout de go  que « Dalaba n’a pas le plus d’anomalies, car n’ayant que 723 anomalies sur 6242. Soit 11%. »

Et d’attaquer: « ce qu’elle (Djenabou Touré) cache, c’est Kankan. Sur 1479 cas de décès déclarés, 1054 ont été marqués comme anomalies. Soit 71%. Le pourcentage le plus élevé. Donc les 1054 ne seront pas radiés du fichier et resteront… »

Poursuivant, M. Tounkara explique que « c’est comme s’ils (les populations de Kankan, ndlr) avaient tous décidé de ne pas remplir correctement les certificats de décès. Alors que toute déclaration avec anomalie ne sera pas radiée de la base de données. On garde les décédés dans le fichier. C’est une manière de frauder. Car on imprime les cartes… »

Des chiffres et explications qui ne font pas que remettre en cause la version de la patronne du département fichier électoral. Ils laissent aussi entendre que ce qui est convenu d’appeler désormais « affaire fichier » n’a sûrement pas encore livré tous ses secrets.