Fin de la mission Cedeao-Ua-Onu à Conakry : voici les grandes annonces et recommandations

0
1264

 » la CEDEAO et l’Union Africaine déploieront en nombre suffisant des observateurs dans les prochains jours à Conakry »

En séjour de travail à Conakry depuis le 1er octobre, la mission conjointe CEDEAO –UA-ONU a pris fin ce vendredi 2 octobre. C’est le général Francis Béhanzin de la Commission Paix et Sécurité de la CEDEAO qui a procédé à la lecture du communiqué de fin de séjour.

D’après lui, cette mission conjointe de haut niveau s’inscrit dans le cadre des efforts de diplomatie préventive de la CEDEAO, l’UA et de l’ONU visant à ‘’la bonne tenue de l’élection présidentielle, crédible, transparente et pacifique en République le 18 octobre 2020.’’

Poursuivant, il a indiqué que ‘’cette mission conjointe est consécutive aux diverses consultations virtuelles de pré-dialogue conjointe CEDEAO-UA-ONU et de la réunion ministérielle consultative virtuelle qui se sont tenues avec les parties prenantes guinéennes du 2 au 7 juillet et le 15 aout 2020. Elle est consécutive à la validation de la liste des candidats par la Cour Constitutionnelle de Guinée. Elle Consécutive au lancement de la campagne électorale et de la restitution publique devant le corps diplomatique, les partis politiques, la presse nationale et internationale des résultats de l’audit du fichier électoral le 23 septembre 2020.

  1. Francis Béhanzin a indiqué que l’objectif de la mission conjointe était de rencontrer les parties prenantes au processus électoral afin d’encourager et d’approfondir le dialogue entre les différents acteurs et partis politiques du pays en vue de garantir une élection crédible, transparente, inclusive et surtout sans violence.

Le porte-parole de la mission a rappelé, en outre, que la mission conjointe a été reçue en audience par le chef de l’Etat Alpha Condé. « Il nous a exprimé toute sa gratitude pour la solidarité qu’elle apporte et il a réaffirmé toute sa détermination à promouvoir la paix en Guinée et dans toute la sous-région. A cet égard, il a assuré à la mission conjointe qu’il ne ménagera aucun effort pour assurer la tenue d’une élection paisible et transparente », a-t-il expliqué.

Dans la même logique, il a déclaré que la mission conjointe a tenu des consultations avec des acteurs de la société civile et ceux des partis politiques en Guinée notamment le ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etrangers Mamadi Touré, le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile Damantang Albert Camara, le groupe des ambassadeurs de la CEDEAO accrédités en Guinée, les membres du groupe des G5, les ambassadeurs d’autres pays, les partis politiques membres de la coalition au pouvoir, l’opposition républicaine, la coalition des candidats de l’opposition, les organisation de la société civile sous l’égide du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), les chefs religieux et les associations des femmes et des jeunes.

Francis Béhanzin a également signalé que la mission conjointe a tenu des consultations avec la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la Haute Autorité de la Communication (HAC) et la Cour Constitutionnelle sur l’Etat de préparation de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020.

« La mission conjointe s’est félicitée de la volonté de autorités guinéennes à promouvoir une élection crédible et paisible. Elle s’est également félicité des progrès réalisés dans la préparation des différents volets techniques de cette élection. Elle s’est félicitée aussi de l’audit du fichier électoral jugé suffisant par sa qualité et qui devra permettre des élections fiables », a-t-il fait remarquer.

Plus loin, la mission conjointe a exprimé sa vive préoccupation par rapport au manque confiance entre les acteurs. « Elle a condamné fermement les violences et les discours haineux aux relents ethniques en particulier susceptible d’encourager les violences. La mission conjointe a exprimé ses condoléances aux familles des victimes de ces violences. Elle demande aux autorités rechercher les responsables et d’engager des poursuites contre les auteurs de ces actes », a-t-il affirmé.

Dans la même logique, la mission a, par ailleurs, encouragé les autorités à sécuriser le processus électoral tout comme la protection de l’intégrité physique des candidats et de leurs militants avant, pendant et après le scrutin et plus largement au respect de droit de l’Homme.

Toutefois, la mission conjointe a appelé à la nécessité de dialogue entre les candidats et acteurs politiques ainsi que la signature urgente d’un code de bonne conduite avant l’élection et de s’abstenir d’annoncer les résultats avant les organes chargés de le faire selon la loi.

Elle appelle également les forces de défense et de sécurité à agir avec professionnalisme pour la sécurisation de l’élection et d’éviter l’excès excessif de la force.

Pour terminer, la mission conjointe a demandé aux candidats et tous les acteurs politiques, y compris la CENI à respecter strictement les protocoles sanitaires liés à la Covid-19 tout au long du processus électoral. Elle encourage la CENI à poursuivre les rencontres avec les différentes parties pour des solutions sur les points notamment l’affichage du fichier électoral et les procès-verbaux issus du scrutin.

Pour clore, la mission conjointe a informé du déploiement en nombre suffisant des observateurs de la CEDEAO et de l’UA dans les prochains jours à Conakry et de contribuer à une élection crédible et transparente. »