Finale du Mondial Russie 2018: la France va-t-elle changer son jeu en finale, comment trouver le juste milieu des choses?

juillet 11, 2018 10:56
0

La pression est constamment sur Didier Deschamps depuis l’Euro 2016. Il est dans un embarras du choix entretenu par des suggestions et critiques de toutes parts, mais depuis le début de ce Mondial, tant bien que mal, comme l’Italie des Paolo Rossi de 1982, les Bleus montent en cohésion et en fermeté au milieu et en défense avec un gardien en pleine grâce. Son attaque, par contre, bégaie.

Normal, toutes les défenses auxquelles cette attaque a eu affaire en avaient fait d’elle leur affaire personnelle. Cela s’est vu avec le bouclage de Giroud en jeu aérien devant les buts adverses et devant sa propre défense. Ce marquage sur les attaquants nominaux fait que tous les autres joueurs peuvent marquer, et ils ont tous le sens des buts, tout le monde sait cela, et ça devient une préoccupation de plus pour les autres tacticiens.

Certains observateurs pensent que si les Bleus veulent défendre, ils doivent tenir Pogba en laisse devant la défense comme un numéro 6, mais il ferait des merveilles en montant d’un cran, au 8. Qu’en dirait Mourinho ?

On dit cela pour parler, puisque la mobilité des joueurs français va outre du schéma présenté sur papier. Jusqu’à maintenant les replacements des coqs  dans la « basse-cour » n’ont pas fait défaut, Didier Deschamps a moins aboyé que d’autres coaches.

Pour la finale, au vu des deux clients qui sont encore dans la course, des coriaces, que ça soit la Croatie, un os, ou l’Angleterre, un tendon, l’arrogance et la facilité ou l’excès d’engagement et la fébrilité sont les pires ennemis. Comment trouver le juste milieu des choses ?

Enfin, on aurait bien aimé voir une finale France-Brésil qu’autre chose, pour voir si l’histoire allait récidiver, mais quel que soit l’adversaire, les mousquetaires ne doivent pas décevoir, ils ont la plus solide défense de ce Mondial. L’armada belge ne dira pas le contraire. Dommage pour cette belle équipe.

 On ne change pas une équipe qui gagne…