Futur remaniement : des débutants, des sortants, des restants et des revenants

mai 20, 2018 6:44
0

Lors du conseil des ministres du jeudi 17 mai 2018, le premier ministre, Mamady Youla, a déposé la lettre de démission de son gouvernement auprès du président de la république, Alpha Condé.

Depuis, les ministres sortants gèrent les affaires courantes mais en réalité, ils sont en chômage technique, selon les détracteurs. Conséquence immédiate, le pays tout entier est sans gouvernement.

Normalement, ‘’ce vide’’ ne devrait pas excéder 72 heures, selon les juristes. Si cela est acté, le nom du futur premier ministre pourrait être dévoilé d’ici le mardi 22 mai au plus tard.

Actuellement, l’heure est aux derniers réglages, dit-on. Les CV sont déposés, les lobbies ont actionné leur réseau. Les sacrifices sont faits. Il reste à présent le fameux décret.

Et comme nous l’avions écrit dans une précédente dépêche le 9 avril 2018, la future équipe gouvernementale pourrait être constituée de quatre types de ministres : des débutants, des sortants, des revenants et des restants, selon des indiscrétions.

 

Les débutants ?

Les débutants ? C’est d’abord le locataire de la primature. Comme ses deux prédécesseurs, le futur Premier ministre pourrait être un nouveau (mais ancien). Sauf changement de dernière minute, Ibrahima Kassory Fofana pourrait être le successeur de Mamady Youla. Originaire de la Basse Guinée, selon une promesse du président, Kassory Fofana est natif de Forécariah comme les deux précédents.

Selon nos informations, le décret du nouveau promu serait signé depuis deux mois quinze jours. Tout le monde le voyait venir à la primature, certes, mais personne n’avait misé sur la fonte de son parti, Guinée pour Tous (GPT) au sein du parti présidentiel.

Depuis que le président Alpha Condé a publiquement annoncé son intention de remanier son gouvernement, le nom du ministre d’État à la présidence en charge des investissements et du partenariat public-privé, Kassory Fofana, revenait fréquemment comme potentiel premier ministre. Les choses se sont décantées davantage, quand l’intéressé lui-même a clamé publiquement son désir de briguer la primature, chez Espace FM. Les choses sont devenues plus claires encore, quand il a annoncé sa décision, ce week-end, de s’effacer au profit du président Condé.

Ancien argentier du pays sous Conté, candidat au scrutin présidentiel de 2010, allié du candidat Alpha Condé au second tour, Kassory Fofana se brouillera d’abord avec le nouvel élu avant de rejoindre l’opposition pour non- respect des engagements. Il participera alors aux manifestations pour réclamer la tenue des législatives. Crédité d’un siège, il revient au camp présidentiel en 2014. Nommé ministre d’État à la présidence en charge des investissements et du partenariat public-privé, il est le directeur de campagne lors de la réélection du président sortant.

S’il est nommé chef de gouvernement dans les prochaines heures, Kassory Fofana aurait un CV étoffé au même titre que ses amis comme les anciens PM : Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré, Lansana Kouyaté et Loucény Fall.

Mais quand Kassory Fofana dit qu’il n’a pas la même énergie que son président et que celui-ci doit terminer ce qu’il a entamé, l’homme semble décidé de s’effacer au profit du président Condé.

Outre Kassory Fofana, les débutants, c’est également les têtes, qui pourraient venir de l’opposition « plurielle » ou des partis alliés. Pour l’heure, l’on ignore leur nombre mais selon une source, au moins trois opposants ou leurs délégués pourraient être cooptés.

Des indiscrétions citent à tort ou à raison : Mouctar Diallo, Aboubacar Sylla, Bah Oury…

La preuve, comment expliquer la présence de l’opposant, Mouctar Diallo, aux journées du paysan à N’zérékoré, alors que le ministre de l’élevage est à Conakry ?

Autre nouveauté, ce serait l’ouverture envers la presse. Selon nos sources, le futur gouvernement pourrait connaître la présence des patrons de médias ou leur représentant.

 

Les revenants

Les revenants ? Ce sont ces ministres, limogés autrefois, qui pourraient signer leur retour après une période de disgrâce. Si cela se confirme, ce ne serait pas une nouveauté. La preuve, Bantama Sow et Ibrahima Kourouma ont été rappelés en 2016.

Pour l’heure, l’on ignore leur proportion mais Guinéenews© est en mesure d’écrire qu’à ce stade, au moins un ministre limogé lors du remaniement de 2016, veut y revenir.

Difficile de dire si celui-ci va-t-il accepter la main tendue de son ancien patron ? Si oui, à quelle condition ? Si non, va-t-il continuer l’implantation de son embryon de parti ?

Les partants

Les partants ? Ce sont ces ministres qui sont sur une chaise éjectable parce qu’ils ont montré leur limite, brillé par leur incompétence et affiché des mauvais résultats. En se débarrassant d’eux, aucune mouche ne vrombirait. Ce serait d’ailleurs le soulagement.

Selon des indiscrétions, le président Condé pourrait frapper fort. Des gros bonnets seraient sur une chaise éjectable. C’est comme ses ministres, dont tout le monde se plaint, l’opinion, les partenaires et le président.

Les restants

Les restants enfin ? Ce sont tous ces ministres, qui vont garder leur poste parce qu’ils ont donné entière satisfaction dans leur département ou sur un autre front. Ou ceux qui pourraient subir une permutation. Soit, par exemple, ils pourraient donner mieux là où ils sont allés que là où ils étaient. Soit parce que le chef tient à une priorité qui lui est chère.

Sans vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué, disons que le dernier mot revient au président.