FNDC: Cérémonie d’inhumation sobre de la  dernière victime  ce vendredi à Bambéto

0
552

Mamadou Saidou Diallo (24 ans), tué par balle le 7  décembre dernier, à l’occasion de l’inhumation des huit militants du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), a  rejoint sa dernière demeure ce vendredi. La cérémonie a connu une faible mobilisation  à la mosquée de Bambéto où la prière mortuaire a été faite, avant l’inhumation du corps au cimetière situé à quelques encablures de là.

Pour Cellou Dalein Diallo, président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), une trentaine de jeunes ont été tués par balles depuis le 14 octobre 2019, sans que justice ne soit rendue pour les victimes. Ce qui, selon lui, est un manque de bonne volonté.

« Il n’y a aucune volonté politique de mettre un terme à ces mauvaises pratiques inhumaines. C’est une tragédie pour la Guinée. Ces jeunes, à la fleur de l’âge, puisque la quasi-totalité ont  moins de 30 ans, ont été arrachés à l’affection de leurs familles. Le premier droit de l’homme, c’est le droit à la vie. On leur a ôté ce droit et on a garanti l’impunité à ceux qui le font. Ça c’est vraiment une tragédie pour la Guinée», a déploré le chef de file de l’opposition.

Qui dans la foulée a invité les Guinéens à sortir massivement manifester contre le projet de nouvelle Constitution pour que ces tueries cessent.

« Le 2ème message que je dois délivrer, c’est celui de demander aux jeunes, au peuple de Guinée, de continuer la lutte pour que ça cesse, parce que lorsqu’un gouvernement est responsable, attaché à la démocratie, à l’Etat de droit et à la protection des droits de l’homme, ça ne peut pas se passer comme ça. Si le cas de Diakariou Diallo, la première victime d’Alpha Condé, avait été correctement traité par la justice, il n’y aurait pas tant de morts», a-t-il souligné.

Lire lien vidéo