Fonction Publique: vers l’abandon du bulletin de salaire au profit de celui électronique

0
655

Désormais, un agent de l’Etat où qu’il soit, pourra accéder à ses bulletins de salaire bien avant même le paiement. Cela, grâce à une plateforme qui a été présentée ce jeudi 22 novembre par le ministère de l’Economie et des Finances et celui du Budget aux DRH (Directeurs des Ressources Humaines) et les payeurs par billetage des différents départements ministériels ainsi que les institutions étatiques, a-t-on constaté sur place.

Pour Mme Kéita Nagnouma Faro, la cheffe de Cabinet au ministère du Budget, la Guinée pourra bien rattraper son retard grâce à l’informatique. Grâce à ce nouvel outil, elle n’écarte pas l’option d’abandonner un jour le bulletin de salaire version papier qui, à ses yeux, coûte cher à l’Etat.

 «Il n’est à apprendre à personne que nous sommes dans l’ère du numérique.  Le chef de l’Etat Alpha Condé a inscrit comme mission principale de son gouvernement, le rendez-vous du numérique. C’est-à-dire, si nous avons pris du retard sur les autres révolutions, cette fois-ci, les conditions sont créées pour que nous soyons au rendez-vous de l’internet», a-t-elle rappelé.

Au terme de la rencontre, Mme Kéita a indiqué que tous les problèmes ont été soulevés dans la salle et que les autorités ont promis d’y faire face au fur et à mesure.

«Lors de cette rencontre, beaucoup de préoccupations ont été mises sur la table par les DRH et les payeurs billeteurs  relatives à la formation de certains cadres par rapport à l’outil informatique. Bref, tous les problèmes connexes se résoudront au fur et à mesure. D’ailleurs, l’essentiel est de poser le problème, c’est évident que la solution suivra. Après six mois, nous allons évaluer l’accessibilité de tout le monde par rapport à son bulletin de salaire et voir l’effectivité s’il faut rompre avec le bulletin de salaire version papier», a-t-elle laissé comprendre.

Quels sont les critères pour accéder à cette plateforme, Ibrahima Kalil Diané, Directeur du service informatique du ministère du Budget explique ceci: «il faut forcément qu’on soit un fonctionnaire de l’Etat, avoir un numéro matricule, avoir accès à l’internet à travers un ordinateur ou un smartphone».

Poursuivant, M. Diané a fait savoir que cet outil va faciliter à tous les agents de l’Etat  d’avoir son bulletin de salaire en temps réel. «Nous avons toujours eu des problèmes avec nos partenaires sociaux qui demandent que nos fonctionnaires aient leurs bulletins avant même la paie. Personne  ne peut avoir accès à cette plateforme s’il n’est pas un agent de l’Etat. Encore, deux personnes ne peuvent en aucun cas avoir un même numéro matricule. C’est pour dire qu’aucune falsification des données n’est possible. Non seulement, c’est un le système hautement sécurisé mais aussi, il est aussi flexible», a-t-il expliqué.

 Pour clore, le concepteur de la plateforme a affirmé que désormais, grâce à cet outil, le gouvernement pourra se faire une économie qui est, a-t-il dit, également l’objectif du président de la République. «Les fonctionnaires qui se présentent devant les ambassades, à cause de cette plateforme,  la tâche sera considérablement facile», a-t-il conclu.