Foniké Mangué cité à comparaître devant la Cour d’Appel : voici la réaction de son avocat

0
481
Photo prise sur sa page facebook

Libéré pour délit non constitué par le Tribunal de Première Instance (TPI) de Dixinn, le responsable de la mobilisation du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), Oumar Sylla alias Foniké Mangué est cité à comparaître le 30 septembre prochain devant la Cour d’Appel de Conakry. L’information a été confirmée par l’un de ses avocats, Me Salifou Béavogui au téléphone de Guineenews.

«Effectivement, cet après-midi un huissier de justice nous a déposés au cabinet une série de citations fixant la date d’ouverture en appel du procès de notre client au 30 septembre 2020. De justesse, au moment où l’huissier s’acheminait vers mon cabinet,  l’intéressé lui-même était en ville. L’huissier lui a signifié et nous avons pris acte de cette nouvelle convocation devant la Cour d’Appel de Conakry. Cela ne nous fait ni chaud ni froid parce que nous savons qu’à ce niveau, nous aurons en face des juges d’une expérience rare, qui maitrisent la matière comme celui du TPI de Dixinn.

Il a fait un travail de génie, la décision de TPI est une décision éternelle. C’est un travail bien fouillé et intellectuel qui repose essentiellement sur le droit. Cette décision ne peut être que confirmée à la Cour d’Appel de Conakry. De toutes les façons, notre client est seirin. Il n’y a rien à craindre parce que la loi le protège. Il va comparaître libre et nous allons suivre le procès de très près. Ce qui m’a paru paradoxal, c’est l’urgence et la célérité avec lesquelles ce dossier a été à nouveau programmé.

Cela m’étonne et il me surprend. Parce qu’une telle célérité n’est pas observée dans les autres dossiers. Nous avons les dossiers de ce genre qui ont fait plus d’une année. Moins d’un mois, le dossier est arrivé et voilà qu’il est programmé. Ce qui veut dire que dans certains dossiers, la justice guinéenne est expéditive et dans d’autres dossiers, tel n’est pas le cas», a-t-il regretté.        

Il faut par ailleurs rappeler qu’Oumar Sylla a passé plus 100 jours en prison. Il était poursuivi pour «menaces, communication et divulgation de fausses informations ».