Forum de l’Etudiant Guinéen : Alpha Condé lance des piques aux syndicalistes

avril 17, 2019 3:41

 «Un gouvernement doit avoir le courage de se battre pour son pays, il ne doit pas avoir peur des différentes structures. Parce que chacun défend son intérêt contre celui de l’Etat. Donc, moi je n’ai pas peur des grèves, des manifestations. On fera ce qui est de l’intérêt de la Guinée, donner aux élèves et étudiants, des enseignants qui ont le niveau. Il faut qu’on ait le courage de prendre à bras le corps le système éducatif sans avoir peur ni des étudiants, ni des enseignants, ni du syndicat.»

En marge de l’ouverture de la troisième édition du Forum de l’Etudiant Guinéen, le président Alpha Condé n’a pas manqué de lancer des piques à l’endroit des enseignants guinéens. (photo-d’archives)

« Nous avons fait une dictée pour les enseignants, niveau CE2. Sur 700 enseignants, on a vu 20 fautes. En plus, sur ces 700 enseignants, 70% n’ont pas trouvé ces fautes. Et sur ces 70%, 25 ont ajouté des fautes », a rappelé le président avec un rire qui a contaminé toute la salle.

«Alors comment pouvez-vous enseigner quelqu’un du CM2, quand vous ne pouvez même pas corriger une dictée du CE2 », s’est interrogé Alpha Condé.
Poursuivant le président de la République a déclaré : « la formation des formateurs est un problème fondamental. On doit avoir le courage de dire que désormais ne pourront enseigner que les gens sortis des écoles des instituteurs ou des écoles professionnelles. Un gouvernement n’est pas à la traîne de l’opinion, il doit orienter l’opinion. Il faut qu’on dise la vérité, il y a beaucoup d’enseignants qui n’ont pas le niveau. Il faut que désormais les gens qui enseignent à l’école primaire soient des gens qui sont sortis de l’école des instituteurs.  Même si c’est la bagarre ou la grève, on doit faire face. On ne veut plus un enseignement au rabais », martèle le président Alpha Condé sous les ovations de l’assistance.

Et d’ajouter: « un gouvernement doit avoir le courage de se battre pour son pays, il ne doit pas avoir peur des différentes structures. Parce que chacun défend son intérêt contre celui de l’Etat. Donc, moi je n’ai pas peur des grèves, des manifestations. On fera ce qui est de l’intérêt de la Guinée, donner aux élèves et étudiants, des enseignants qui ont le niveau. Il faut qu’on ait le courage de prendre à bras le corps le système éducatif sans avoir peur ni des étudiants,  ni des enseignants, ni du syndicat. »