Forum mondial sur la réduction de la pauvreté: la Chine appelle à une mobilisation mondiale

0
221

Le 17 octobre 2019, le Forum mondial sur la réduction globale de la pauvreté et le développement s’est tenu à Pékin. L’événement était organisé par le Bureau de la lutte contre la pauvreté et du développement de la République populaire de Chine au sein du Conseil d’État et le Centre international de réduction de la pauvreté en Chine (IPRCC).

Le 17 octobre de chaque année, l’humanité célèbre la journée internationale pour l’élimination de la pauvreté. Ainsi, à cette occasion, des hauts responsables chinois, des experts de renommée internationale et des représentants d’organisations internationales du monde entier ont participé à cette rencontre de Beijing. Pendant toute une journée, les experts ont évoqué les problèmes économiques et sociaux et échangé des idées sur les expériences de lutte contre la pauvreté et le développement dans le monde.

La rencontre de Beijing vise à attirer l’attention internationale sur les problèmes de pauvreté et à faciliter le partage d’expériences entre différents pays, contribuant ainsi à la cause mondiale de la réduction de la pauvreté. Ce forum constitue aussi une plate-forme importante pour promouvoir les échanges et la coopération en vue de réduire la pauvreté dans le monde.

D’ailleurs, en 2015, le président Xi Jinping avait appelé «toutes les nations à travailler ensemble pour réduire la pauvreté et créer une communauté d’avenir partagé pour l’humanité, caractérisée par un développement harmonieux, qui a suscité des réactions favorables de la part de toutes les parties prenantes à travers le monde ». Dans un document de presse remis à l’occasion de ce forum, il est mentionné que « la bataille critique contre la pauvreté est une action sociale et économique pour réduire le phénomène » à tous les niveaux.

Selon le vice-ministre du Conseil d’Etat du groupe leader de la réduction de la pauvreté et du développement, la Chine a expérimenté plusieurs réformes dans beaucoup de ses régions  pour lutter contre la pauvreté pour le développement social. CHEN Zhigang a ajouté que : « la Chine a augmenté la réduction de la pauvreté dans les trois dernières décennies. Cela n’a pas été facile mais, affirme-t-il, le président Xi Jinping a initié beaucoup de directives pour permettre la mise en pratique de la politique chinoise dans le cadre de la réduction de la pauvreté et du développement ».

Pour sa part, Marie Roland Alain Wong Yen Cheong, le ministre mauricien de la responsabilisation et de l’Intégration sociale et économique, a souligné que « la lutte contre la pauvreté ne peut être faite par le gouvernement seul, il faut aussi un engagement du secteur privé ».

Par ailleurs, le  Nicholas Rosenilli, le Coordinateur résident des Nations-Unies en Chine, a mis l’accent sur la protection de l’environnement, des enfants et la lutte contre pauvreté. Selon lui, aujourd’hui, près de 600 millions de personnes soit 8% de la population mondiale vivent dans l’extrême pauvreté.

Il faut noter que les participants ont échangé des idées approfondies sur l’expérience et les approches en matière de réduction de la pauvreté et sur la manière de relever les défis du travail de lutte contre la pauvreté.

Enfin, le Coordinateur résident des Nations-Unies a fait la lecture du message du Secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Dans ce texte, il plaide pour une mondialisation qui bénéficie à tous les enfants, à leurs familles et à la société.

« Pour un enfant, la probabilité de vivre dans l’extrême pauvreté est deux fois plus élevée que pour un adulte. La pauvreté condamne de nombreux enfants à une vie d’obstacles et se perpétue souvent d’une génération à l’autre. (…) Plus une fille fréquente longtemps l’école, plus ses revenus sont élevés tout au long de sa vie et moins elle risque de se marier à un âge précoce; par ailleurs, la santé et l’éducation de ses enfants en subissent aussi l’effet positif; la scolarisation des filles est donc un élément déterminant pour briser le cycle de la pauvreté », conclut-il.

Amadou Kendessa Diallo depuis Pékin pour Guineenews©