« Aucune représaille de la France contre la Guinée », selon l’ambassade de France en Guinee

0
1357
L’ambassade de France a réagi ce 3 avril 2020 à une information faisant état d’une exclusion de la Guinée d’une aide en faveur de certains pays francophones. « La France n’exerce aucune représaille envers la Guinée », a indiqué le diplomate français joint par Guineenews© pour réagir à l’information.
Pour le responsable de l’ambassade de France, il est inexact de dire que : « la Guinée vient d’être écartée d’un plan d’aide  de la France en faveur de certains pays d’Afrique  francophone pour faire face à la pandémie du Coronavirus. »
Selon Jean-François Robert, conseiller politique, presse et communication de l’ambassade de France en Guinée et Sierra Léone, l’AFD (Agence Française de Développement) finance actuellement plusieurs actions dont le montant global va bien au-delà des 1,5 millions d’euros, destinés à 5 pays.
– Institut Pasteur de Guinée : La création de l’Institut Pasteur de Guinée est financée sur une subvention de la France de 4 M€, avec un laboratoire intermédiaire déjà opérationnel (qui réalise actuellement les tests de dépistage) et la construction en cours d’un laboratoire définitif. L’instruction d’un nouveau financement à l’Institut Pasteur de Guinée, sur subventions C2D pour 2,6 M€, est en cours pour permettre de faire face à des besoins complémentaires. Des réactifs et un thermocycleur pour accélérer les dépistages ont déjà été livrés en urgence.
– LABOGUI : Ce projet d’un montant de 7 M€ en subvention, permet la réhabilitation et l’équipement de 39 laboratoires dans l’ensemble du pays, avec 8 assistants techniques guinéens et l’appui de la Fondation Mérieux. Un financement complémentaire est à l’étude pour permettre aux laboratoires des hôpitaux régionaux d’effectuer les dépistages au coronavirus à l’intérieur du pays.
La France finance également une Assistante Technique internationale à l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, au cœur du dispositif national de riposte de la Guinée.
Par ailleurs, un projet de  Prévention et Contrôle des Infections/hygiène, via une subvention de 8 M€, est en cours d’instruction avec l’opérateur Expertise France. Un assistant technique national pourrait être recruté à court terme pour appuyer à la coordination et l’opérationnalisation du plan de riposte.