Fria : en colère contre EDG, les commerçants boudent le marché

0
422

Les commerçants de la commune urbaine de Fria ont décidé de se faire entendre ce lundi matin à travers la fermeture des boutiques et magasins.

Et pour cause, la facturation fantaisiste de la consommation de l’électricité depuis l’installation des compteurs post-payés en phase d’essai dans certains secteurs du marché.

Cette attitude des commerçants, considérée comme une grève par les consommateurs, est survenue quelques jours après une rencontre qui a eu lieu à la mairie pour porter à la connaissance des autorités, les maux dont ils souffrent.

Boutiques fermées, magasins cadenassés, tables vides, telle est l’image que présente le marché central de Fria ce lundi 1er juillet.

Une situation prise au sérieux par les autorités préfectorales et communales qui ont pris l’initiative de convoquer toutes les parties concernées autour d’une table.

Lors des débats qui ont eu lieu dans la salle de conférence du bloc administratif, en présence de madame le préfet Hadja Gnalén Condé, les commerçants ont réitéré leur plainte contre EDG. Ils ont expliqué comment ils se retrouvent avec des factures qu’ils payaient au départ à 20.000 fg qui ensuite, ont grimpé à 48.500 fg avant de se retrouver à ce jour avec des factures allant de 200.000 GNF à 1.200.000 GNF.

Très remontés, les porte-parole des commerçants se disent déterminés à garder aussi longtemps que cela est nécessaire les boutiques et les magasins fermés.

Prenant la parole, le Responsable de l’agence locale de l’EDG Fria, a réfuté toute responsabilité de son service dans la facturation. Selon Sékou Touré, il ne peut rien faire pour la facturation mais peut intervenir s’il y a un problème technique. Car, dit-il, lui aussi reçoit des instructions de la part de sa direction générale. Il a tout de même émis le souhait que les commerçants lui fassent des propositions concrètes qu’il pourra remonter, à son tour, afin de résoudre les problèmes posés.

Pour apaiser les esprits, le responsable commercial a, pour sa part, exhorté l’agence locale à revenir sur l’ancien mode de facturation en attendant que des solutions idoines ne soient trouvées avec la Direction générale à laquelle un rapport de cette rencontre sera envoyé dans un bref délai.

Tout en renchérissant, la préfète a invité l’agence locale de l’EDG à rétablir toutes les lignes interrompues et d’accepter le paiement de seulement 50 % des factures déjà distribuées afin de faire régner la paix dans la cité.

Etaient présents à cette rencontre, les représentants de l’administration du marché, les représentants du groupe organisé des hommes d’affaire (GOHA), les femmes du marché… l’agence locale de l’EDG.