Fria : la mort d’un homme après avoir vomi du sang suscite la panique

février 10, 2019 12:00

Samedi 9 février, aux environs de 21 heures, au quartier Katourou 1 Ecole, un attroupement s’est formé autour d’un homme  retrouvé allongé sur la chaussée avec quelques gouttes de sang au niveau de sa bouche.  Ce qui a semé la panique chez les citoyens en cette période de fièvre Lassa. Alertés, les médecins de l’hôpital préfectoral, les services de sécurité et le juge de paix se sont rendus sur les lieux pour faire le constat.

Un témoin des faits rencontré sur les lieux raconte que la victime serait descendue d’une moto qu’il pilotait moi-même. Ensuite, il aurait demandé de l’aide avant de vomir du sang et de s’écrouler sur le sol.

Amadou Diallo, un parent proche de la victime, présent sur les lieux, revient sur  les circonstances dans lesquelles il a été informé.

« Celui qui est couché là est mon jeune frère. Il s’appelle Mamadou Dian Diallo, vigil au Lycée Cabral. J’ai été informé par ma soeur qu’il se trouve à Wawaya que mon petit frère vient de mourir sur la route. D’abord, j’ai cru qu’il a fait un accident mais ma soeur m’a dit que ce n’est pas un accident. C’est un inconnu qui l’a appelée avec le numéro de Dian parce qu’elle a parlé avec lui quelques minutes avant, pour lui dire que le propriétaire du numéro a vomi du sang et est décédé. Immédiatement, je suis venu ici.

J’ai vu que c’est lui. Contrairement,  ce que les gens pensent, ce n’est pas la fièvre Lassa. Il souffre de la tuberculose depuis longtemps. Il a commencé un traitement de six mois à Conakry mais il n’a pu faire que trois mois. Depuis quelques jours, j’ai remarqué que son état se détériorait, je lui ai dit de rentrer au village mais il n’a pas accepté. Il forçait chaque jour pour sortir sur la moto. C’est ainsi qu’aujourd’hui, pendant qu’il était avec un ami, il a eu la nausée. Il a décidé de vite rentrer chez lui pour se coucher mais Dieu n’a pas voulu. Arrivé ici, il a garé la moto et a rendu l’âme », raconte-t-il en larmes.

La tuberculose dont souffrait Mamadou Dian Diallo étant une maladie contagieuse,  la croix rouge  préfectorale a procédé à une désinfection du corps avant de le transporter à la morgue de l’hôpital Pechiney