Fria: les contractuels continuent à suppléer les grévistes dans les écoles

octobre 22, 2018 2:10
0

Dans tous les établissements sillonnés par Guinéenews ce lundi 22 octobre à Fria, on y notait la présence de certains élèves qui étaient encadrés par des enseignants contractuels qui remplacent les enseignants titulaires grévistes. (Photo d’archives)

Il faut rappeler que face à la menace du gouvernement de geler le salaire des enseignants qui ne vont pas rejoindre les salles de classe, le bureau préfectoral du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée) a organisé une assemblée générale le dimanche 21 octobre au cours de laquelle, il a appelé les enseignants à tenir bon.

Selon le Secrétaire préfectoral du SLECG aile Aboubacar Soumah, il existe une loi qui protège les grévistes. « Nous avons tenu hier dimanche 21 octobre dans un établissement de la place pour faire des recommandations à  nos collègues. Nous leur  avons demandé d’être sereins et de ne pas céder aux intimidations de qui que ce soit. Nous sommes en période de grève. Ce que demandent nos syndicalistes vont dans notre intérêt même ceux qui jouent le traître et vont signer pour leur présence. Ensuite ils nous font croire qu’ils sont pour la grève alors qu’ils ne le sont pas », a déclaré Amara Touré.

Poursuivant, le leader local du SLECG justifie : « le Secrétaire général Soumah nous a témoigné de son soutien et du bureau national tout en nous rappelant la loi L 028 qui nous protège en situation de grève sauf abus de pouvoir. C’est pourquoi nous devons nous battre pour obtenir ce que nous réclamons… Nous avons aussi demandé à tous les fondateurs des établissements privés de fermer les portes et c’est ce qui fut fait et nous les remercions de cette solidarité  afin d’éviter des incidents qui pourrait advenir. »

L’absence des enseignants titulaires ne réjouit pas les quelques élèves qui voudraient que l’école reprenne de façon effective.

« Nous voulons vraiment que les cours reprennent de façon officielle et nos professeurs revendiquent leur droits et on nous présente des contractuelles qui ne connaissent rien. Si c’est à cause d’eux qu’ils ont menacé, mieux vaut que nous restions à la maison que de faire des va et vient », a  lâché cet élève de terminale.