Fria : les femmes sont, à nouveau, dans la rue pour demander le départ de la préfète

0
1057

Des manifestantes ont pris d’assaut le terrain rouge ce mardi aux environs de midi pour réaffirmer leur volonté de voir Hadja Gnalen Condé démise de ses fonctions de Préfet.

Elles ont fait le tour de la ville en brandissant une banderole presque illisible avec pour principaux slogans, Gnalen Zéro ! Préfet zéro !

Cette manifestation fait suite au discours que la préfète a tenu hier lundi à l’occasion de la célébration de la fête de Ramadan.

 Après la prière de l’Aid El Fitr marquant la fin du Ramadan ce mardi 04 juini 2019, malgré les menaces qui courent derrière elle ces derniers temps, Hadja Gnalèn Condé préfete de Fria a comme à l’accoutumée, reçu à sa résidence les sages, le Kountigui, l’érudit, l’Imam de la mosquée centrale, LES autorités communales, les femmes et d’autres personnes pour des salutations d’usages.

Au cours des échanges, la préfète a regretté l’attitude de certaines personnes au cours de ce mois de Ramadan.

‘’ Nous savons tous comment nous avons prié aujourd’hui, nous avons prié dans le doute. Mais comme c’est Dieu qui peut tout, grâce aux bénédictions et sacrifices des sages, nous sommes sous la protection divine. Ce qui se passe actuellement n’est pas normal. La commune urbaine de Fria est égale aux communes rurales de Baguinet, de Banguigny et de Tormèlin ; mais ce qui s’est passé dans la commune urbaine de Fria au cours du mois de Ramadan, que Dieu nous en garde, que Dieu ne nous montre plus ça. Nous avons jeûné pour que Dieu nous pardonne, mais les sages ont parlé, les femmes et les jeunes ont parlé, jusqu’à présent, la situation est tendue…’’ a-t-elle regretté avant d’assurer qu’elle n’a aucun intérêt à combattre qui que ce soit dans sa préfecture dont elle a pour mission d’assurer le développement : ‘’ Ce qui peut développer une localité, c’est la paix, la quiétude, le pardon. Moi qui suis assise devant vous, si celui qui m’a envoyé en mission ici, le Président de la République, Chef de l’Etat, Professeur Alpha Condé, ne veut pas la guerre, moi aussi je ne la veux pas. Si tu mets ton pied sur ma plaie, je vais retirer mon pied, si tu me provoques, je te tourne le dos parce que moi je ne vois pas une femme ici à Fria avec qui je dois me battre. Au nom de Dieu et grâce aux bénédictions des sages, je n’ai personne à combattre à Fria. Si Dieu te met au-devant des gens, tu n’as pas à chercher une personne à combattre parmi ces gens, si tu le fais, c’est que tu ne connais pas ta mission ; et moi je ne me comporterai ainsi à cause de personne » a-t-elle ajouté.

Après avoir exhorté les sages à inviter les femmes à la laisser tranquille, Hadja Gnalen Condé a dévoilé les noms de sept femmes qui ont menacé de l’empêcher de faire la grande prière de ce mardi : « Hier soir le Kountigui nous a appelé, le Secrétaire Général chargé des collectivités et moi sommes partis… j’ai fait comprendre au Kountigui que je n’ai ni de groupe ni d’équipe à Fria ; ce que j’ai à Fria, c’est la population de la commune urbaine, de Baguinet, de Banguigny et de Tormèlin ; ce sont des guinéens que j’ai à Fria. Mo,i je ne suis pas là pour semer ou faire une pépinière de guerre, je suis là pour travailler. Mais ces femmes-là ont fait un écrit qu’elles ont remis au Kountigui qui m’a transmis la lettre signée par sept femmes qui sont : M’Mah Touré, Fatoumata Fofana, Mabinty Camara, Semba Soumah, Bassengué, Didi Oumou et Kadé Soumah qui ont dit qu’aujourd’hui je n’allais pas prier au terrain. Mais puisque j’ai jeûné, je prie et j’ai fait le pèlerinage, je demande à ces femmes de me laisser tranquille, ce n’est pas ça mon travail… »

Poursuivant la préfète a dit ne pas être prête à pardonner ceux qui veulent l’empêcher de travailler.

« …Toutes ces personnes qui sont devant, au milieu ou derrière cette affaire, je ne leur pardonnerai jamais jusqu’à devant Dieu, je mets Dieu et la Fatiha entre nous, entre moi et tous ceux qui veulent saboter mon travail »,a-t-elle exprimé.

Pour finir, la préfète a expliqué les efforts qu’elle fournit pour que les populations de Fria profitent des mines exploitées dans leurs zones et a invité les sages de Sombory a préservé la paix pour éviter les péchés.