Fronde anti accord du 8 août à Gueasso: un responsable du BL accuse le maire sortant

août 13, 2018 2:04
0

« Les manifestations qui ont lieu à Gueasso sont provoquées par le vieux maire, à cause de son mauvais comportement. Il est complice. La preuve, tous ces mouvements et troubles sont dirigés par deux familles. Il n’y a que deux familles plus le Sous-préfet. Ce ne sont pas les populations de Gueasso… C’est un petit groupe manipulé par le vieux maire….».

Ces propos sont de Karamoko Soumahoro, fils de Gueasso, un membre du Bloc Libéral interrogé ce matin par nos confrères de la Radio Espace.

Dans ses explications sur les troubles qui ont secoué la sous-préfecture de Gueasso la semaine dernière,  Soumahoro s’en est pris au maire sortant qu’il accuse d’en être l’instigateur principal.

Selon lui, l’ex-maire qui aurait eu le soutien du Sous-préfet, a poussé les jeunes, particulièrement « ses enfants »  dans la rue pour protester contre la décision issue des accords du 8 août entre l’opposition républicaine et le RPG Arc-en-ciel.

 Mais comment Gueasso qui fut la porte d’entrée du RPG en République de Guinée a pu glisser vers le Bloc Libéral ?

 A cette question, le représentant du Bloc Libéral a encore pointé le doigt accusateur sur le « vieux maire ». Pour argumenter son accusation, il partira de la genèse de la crise depuis la composition des listes pour les communales. Il a expliqué les raisons qui auraient poussé les militants du RPG à déserter les rangs.

« …C’est vrai, Gueasso a été la porte d’entrée du RPG en République de Guinée. Tout le monde était RPG ici. Mais, c’est le vieux maire qui a  découragé les militants. Tenez ! Les cultivateurs n’ont plus là où cultiver. Le maire avec la complicité du Sous-préfet a bradé tous les espaces aux éleveurs qui ont fait venir les zébus du Mali. Ces animaux ont ravagé tous leurs champs. Aujourd’hui, il n’y a plus de riz, plus de manioc, plus de banane, ni taro… C’est du riz importé en provenance de Conakry que les gens consomment à Gueasso. Toutes les plaintes des paysans sont restées lettre morte. Gueasso, autrefois, grenier de la Guinée, tend aujourd’hui la main pour se nourrir… Aucune infrastructure digne de nom. Déçus donc, les populations de Gueasso avaient décidé à l’approche des communales, faire une liste indépendante. J’ai intervenu pour les dissuader en leur demandant de surseoir cette décision et se rallier au Bloc libéral. C’est ainsi qu’ils ont adhéré au Bloc Libéral ! », a-t-il expliqué.

 Malgré tout, le RPG a obtenu 13 conseillers !

 « Non. Ce n’est pas vrai ! Il ya eu des intimidations de la part du Sous-préfet. Il a empêché les militants du Bloc Libéral de voter. Nos délégués ont été chassés des bureaux de vote. Le Sous-préfet est allé jusqu’à menacé les militants du Bloc Libéral en les intimidant que quiconque voterait contre le RPG paierait 500mille francs guinéens comme amendes. Nos militants ont été menacés dans les villages. C’est le Bloc Libéral qui a apparemment  remporté les élections à Gueasso… Voilà pourquoi d’ailleurs nous avions  demandé la reprise des élections dans cette Sous-préfecture…», répondra-t-il avant d’informer que les tensions ont baissé d’un cran sur le terrain et que le Bloc Libéral est prêt à installer le maire qui va ramener la quiétude et la paix définitive à Gueasso. « Le maire du Bloc Libéral va libérer Gueasso », conclut-il