Fronde contre la hausse du prix du carburant : Le syndicat « capitule » et accepte de discuter sur les mesures d’accompagnement

août 9, 2018 1:49
0

Les négociations entre l’inter centrale syndicale CNTG-USTG et l’Etat ont repris ce jeudi 9 août au ministère de la Fonction Publique, de la Réforme de l’Etat et de la Modernisation de l’Administration. Contrairement aux journées précédentes, les lignes ont bougé cette fois-ci. En tout cas, les syndicalistes ont finalement accepté de discuter sur les mesures d’accompagnement.

Au sortir de la salle de négociations, l’inspecteur général du Travail et par ailleurs,  facilitateur dans les pourparlers, Dr. Alya Camara n’a pas caché sa satisfaction. « Nous sortons de cette rencontre très contents. Le fait qu’il y a eu une petite avancée au niveau des positions des uns et des autres. Nos partenaires syndicaux ont finalement accepté de discuter des mesures d’accompagnement », s’est-il rejoint.

Quelles sont ces mesures d’accompagnement ?

Il s’agit, d’après Dr Alya Camara, de l’amélioration des conditions salariales de tous les secteurs confondus, des pensions de retraite ainsi que le SMIG (Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti). Ce sont les trois gros éléments qui ont été soulevés par la partie syndicale, a-t-il confié.

Poursuivant son intervention, Dr. Alya Camara a annoncé que le gouvernement a pris bonne note de cette nouvelle avancée. Parce que, dit-il,  jusqu’ici les négociations étaient bloquées sur les préalables.

« Le syndicat avait toujours sollicité que le gouvernement revienne à 8 000 GNF le prix des produits pétroliers à la pompe. Aujourd’hui, ce verrou a sauté. Nous sommes en train désormais de discuter sur les mesures d’accompagnement. Nous demandons 48 heures, le temps pour nous de se référer pour revenir autour de la table le mardi prochain », a-t-il déclaré.