Fusillades à Siguiri : les autorités locales prennent des décisions

0
1834

Les autorités locales de Siguiri ont reçu en audience ce lundi les femmes du district de Fanafanako.  Avec avoir écouté pendant une bonne demie heure les porte-paroles désignés des femmes en foulard rouge, le secrétaire chargé des collectivités décentralisées a décelé le mal entendu avant de mettre en cause le mauvais travail de l’huissier en charge du dossier.  A cet effet, Siné Magassouba a éclairé la lanterne des femmes des villages protagonistes (Fanafanako et Mansala).

« Le problème, dit-il, dans ce dossier est que les deux parties ont pris le même huissier. Quand, Fanafanako dit qu’il ya des gens, c’est le même huissier qui est déplacé pour le constat et vice versa. C’est pourquoi, j’ai dénoncé cela au niveau de leur cabinet ».

Pour mettre fin aux conflits entre les deux villages, des décisions ont été prises par les autorités locales de Siguiri. « La première décision sur ce dossier a été rendu par le juge Abdoulaye Conté le 27 juillet 2017 et la zone a été attribuée à Fanafanako. Mais le district de Mansala a interjeté appel et il a été demandé à tout le monde de ne pas partir sur les lieux. L’administration est accusée dans cette affaire, mais nous ne pouvons jamais faire une ingérence dans les décisions de la justice qui est indépendante », précise le secrétaire chargé des collectivités.

L’autre décision prise à cette occasion est « d’interpeller toute personne impliquée dans les fusillades ».

Après cette rencontre, les femmes en foulard rouge à travers leur porte-parole ont exprimé leur sentiment d’indignation face à ces séries de fusillades dans leur localité. « Nous sommes touchées par les fusillades dont nous sommes victimes. Et à travers cette rencontre avec les autorités, nous attendons de voir le rôle que la justice va jouer pour que cette situation prenne fin », a déclaré Minata Simagan.