Bouréma Condé : « Nous allons être très bientôt sur le terrain pour installer les conseils communaux »

août 14, 2018 2:38
0

Au sortir de la 25ème session du comité de suivi de l’accord politique inter-guinéen ce mardi 14 août,  son président le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le général Bouréma Condé, a affirmé devant la presse la grande avancée enregistrée dans les débats ces derniers temps. Lisez plutôt la déclaration qu’il a faite à l’occasion!

« Souvent nos débats prennent deux ou trois heures de temps. Mais aujourd’hui, nous avons fait à peine une heure. Cela veut dire tout simplement que les acteurs se sont bien compris et ils l’ont fait entendre pendant cette 25ème réunion (…). Beaucoup d’eau a coulé sous le pont, mais la Guinée reste  ce qu’elle a toujours été, une nation de paix, de cohabitation et d’unité nationale. Vous avez suivi la semaine dernière la signature des accords entre formations politiques. Je suis très heureux parce que lorsque nous avons été mandatés par le chef de l’Etat Alpha Condé, il était question que le comité de suivi trouve la solution de la crise postélectorale. Aujourd’hui, cette solution est trouvée nonobstant les interprétations que les uns et les autres ont eu à faire. Le peuple de Guinée  doit en être fier (…). Pour la question sur l’élargissement des prisonniers politiques, je rappelle que quand on doit s’adresser à la Justice, on vient en termes de doléances. Mais on ne vient pas avec des injonctions parce que la justice est indépendante.   Depuis que j’ai pris la présidence du comité de suivi du dialogue politique, j’ai dit que la véritable signature de l’accord, c’est le jour où nous mettrons un point final à l’exécution de tous les points de l’accord politique et aujourd’hui, nous sommes dans cette dynamique. La Haute Cours de Justice qui est un travail qui se fait forcement avec les députés, la machine avance à merveille. Nous allons être très bientôt sur le terrain pour installer les conseils communaux. Notre pays a souffert de l’absence de la communalisation. Quand les élus ne travaillent pas, le développement est absent. Grâce à la volonté du chef de l’Etat Alpha Condé et des acteurs politiques, le travail est fortement élagué…», a-t-il expliqué.