Gaoual : après les menaces du DPE, les enseignants réagissent

638
Crédit photo: AGP/Guinée

Très remonté contre des enseignants ayant volontairement abandonné leur poste, le directeur préfectoral de l’éducation de Gaoual a menacé de suspendre le paiement de leur salaire à partir des banques pour le faire désormais au niveau de sa direction. Cette décision a obligé certains à vite reprendre le service.

Sur ce qui a motivé cette décision, Kabinet Koïta DPE de Gaoual explique « Le constat est alarmant. Après ma tournée dans les différentes souspréfectures, j’ai constaté qu’il y a des enseignants qui refusent d’enseigner les enfants alors qu’ils perçoivent leurs salaires dans leur compte bancaire.

 J’ai remonté leur situation aux autorités préfectorales. Il a été convenu de devirer leurs salaires vers le billetage. Les enseignants concernés par cette situation sont au nombre de 15.

Cette mesure de devirement a obligé les enseignants concernés à rejoindre leurs lieux de service« .

Contrairement aux informations faisant état d’une manifestation pour le départ du DPE, le mis en cause indique qu’il ne fait l’objet d’aucune menace de la part des enseignants : « c’est une fausse information car celui qui est menacé doit trouver refuge pour sa sécurité alors que moi je suis à mon bureau. »

Au lendemain des menaces du DPE, des enseignants commencent à reprendre service. Ce samedi 23 janvier à 16 heures, en présence du principal du collège de Gaoual et du secrétaire général du SLECG local, le DPE a procédé à la remise du reliquat du salaire d’un enseignant  bloqué il y a deux mois.

Des enseignants contactés par la rédaction locale de Guinéenews ont justifié leur absence. Abdoulaye Foulématou Sylla, professeur de chimie au collège de Gaoual, précise :  » moi, je n’ai pas viré mon salaire. Je suis payé au billetage. Mon salaire a été bloqué pendant deux mois par le DPE alors que j’avais pris la permission avec lui pour que je puisse m’occuper de ma mère qui est malade« .

Pour sa part, Souleymane Diallo, professeur de chimie dans la sous-préfecture de Wendou Bourou, affirme que son « salaire a été deviré parce que le DPE dit que je refuse d’enseigner alors que je suis malade. J’ai eu une fracture à ma jambe qui mérite un suivi permanent et j’ai tous les dossiers médicaux relatifs à cela« .

Quant à Mamadou Moustapha Bah, il indique que : « le DPE ne m’a jamais appelé pour m’informer que je suis concerné.  Je suis à Conakry car ma maman est malade. Avant mon départ, j’ai trouvé quelqu’un pour me remplacer en contre partie, je le paie chaque mois et j’apporte tous les documents pédagogiques dont il a besoin. Comme la liste n’a pas été publiée encore j’attends pour en savoir plus« .

Taibou Yansané, professeure de français au lycée de Gaoual, décrie la décision du devirement.  « Le DPE a deviré mon salaire. Ce n‘est pas normal car je viens d’être réopérée. Je suis partie même au MENA avec tous les dossiers médicaux, mais le DPE exige ma présence à mon lieu de service. C‘est vraiment déplorable« , fustige-t-elle.

Jusqu’où ira ce bras de fer entre le responsable en charge de l’éducation à Gaoual et ses enseignants ? Les jours à venir nous édifieront.

De Gaoual Mamadou Dian Souaré pour Guineenews

Facebook Comments