Gestion des réserves forestières guinéo-ivoirienes : les recommandations de la rencontre de Lola

décembre 23, 2018 1:57

Les travaux d’échanges qui ont été lancés le mercredi 19 décembre à Lola, au sud-est de la capitale Conakry, ont abouti vendredi 21 décembre à d’importantes recommandations portant sur la gestion transfrontalière des réserves forestières de Déré-monts Nimba-Thiapleu.

Cette rencontre de deux jours a regroupé une soixantaine de participants essentiellement composés d’acteurs environnementaux, d’autorités administratives, d’agents des forces de défense et de sécurité de la Guinée et de la Côte d’Ivoire.

A l’issue cet atelier, qui a été ponctué de travaux de groupes et des plénières, les délégations guinéenne et ivoirienne ont fait d’importantes recommandations devant permettre d’assurer une meilleure et durable conservation de ces bandes de forêts classées situées le long de la frontière entre la Guinée et la Côte d’Ivoire.

Il s’agit, entre autres, de la préservation et de la protection des forêts par des opérations de déguerpissement ; de la matérialisation des limites des forêts concernées et la sensibilisation des populations riveraines, de relancer des rencontres tripartites durables des monts Nimba ; redynamiser les comités de pilotage tripartite sur l’accord cadre sur la conservation durable des monts Nimba ; d’impliquer les services de sécurité et de forces de défense des pays concernés dans le cadre de la concertation tripartite ; d’inclure la forêt classée de Thiapleu dans les résolutions à prendre sur l’accord cadre ; d’assurer  la sécurité transfrontalière entre les deux pays par des rencontres périodiques  tripartites entre les forces et de défense ; d’organiser  des patrouilles mixtes entre les forces de défense et sécurité ; d’organiser les patrouilles simultanées pour sauvegarder les forêts ; proposer des budgets de sauvegarde des forêts de chaque comité de pilotage ; disposer des lignes budgétaires nationales ; identifier des partenaires  privés pour  le financement de la gestion des forêts  (société minière et chocolatier) ; identifier des partenaires  bilatéraux, multilatéraux, des ONG nationales et internationales et des bureaux d’études pour le financement des forêts ; intégrer un volet de protection de développement local  et des comités locaux ; mise en place d’une ligne budgétaire de financement  des activités de gestion des  forêts ; renforcer le pacte de non-agression et de complicité entre les communautés locales le long des frontières ; redynamiser les comités  villageoises  des deux  pays ; informer  les riverains et les occupants illégaux des forêts concernées par les autorités locales du 21 décembre 2018 au 10 janvier 2019pour  quitter librement lesdites forêts ; l’OIPR (Office ivoirien des pactes et réserves de Thiapleu) et la Société ivoirienne de développement de la forêt (Sodefor)  doivent se concerter pour  leur  prochaine rencontre au plus tard le 15 janvier 2019.

Il faut signaler que cette rencontre a été organisée par le ministère de l’Environnement et des Eaux et Forêt  de la République de Guinée en collaboration avec les autorités administratives ivoiriennes. Ledit atelier a été rehaussé par les présences du Secrétaire général du ministre guinéen de l’Environnement, le gouverneur de la région de N’Zérékoré, les préfets de Danané, (Côte d’Ivoire) et de Lola (Guinée), du Commandant de la région militaire de N’Zérékoré…