Gestion financière : un centre de perfectionnement en finances publiques ouvert à Conakry

0
882

Dans le but de moderniser ses finances publiques, la Guinée s’est engagée à faire des réformes budgétaires, comptables et fiscales notamment. Pour y arriver, il était nécessaire de faire une mise à niveau des cadres et agents intervenant sur tous les segments de la gestion des finances publiques, notamment dans le cadre de la programmation et budgétisation, mobilisation des ressources, exécution des dépenses publiques, contrôle et audit des opérations financières, comptabilité, Gestion de la trésorerie, de la dette publique et des investissements publics. D’où la création du centre de perfectionnement en finances publiques (CPFP), qui est une première en Guinée depuis l’indépendance du pays en 1958. Le ministre de l’Economie et des Finances, Mamadi Camara, a procédé à l’ouverture officielle dudit centre ce mercredi 8 janvier 2020

Dans son intervention, Josep Coll, le chef de la Délégation de l’Union européenne en Guinée, a rappelé l’importance de la mise en œuvre des réformes pour une meilleure gestion financière.

Plus loin, l’ambassadeur de l’Union européenne, qui a soutenu techniquement et financièrement à la mise en place du CPFP, a demandé au gouvernement de pérenniser le centre : «J’attire l’attention des autorités sur la nécessité d’institutionnaliser le centre de perfectionnement en finances publiques et de pérenniser son fonctionnement à partir de 2021. »

Selon M. Coll, les réformes engagées par la Guinée dans le secteur des finances publiques permettent d’améliorer les relations de partenariat entre elle et l’Union européenne : «[…] Ces actes forts sont de nature à améliorer de plus la performance de la gestion des finances publiques en Guinée, à renforcer la relation partenariale entre notre institution et votre gouvernement et à conforter l’exécution de l’appui budgétaire dont le décaissement maximal en 2020 est estimé à 25,25 millions d’euros. »

Le ministre de l’Economie et des Finances, Mamadi Camara, a fait savoir que la création du CPFP concrétise la réalisation de l’un des piliers du Programme de réforme des finances publiques qui est appuyé par le projet « Une Guinée émergente ».

« Cette émergence passe nécessairement par des réformes structurelles qui soutiennent la croissance, au titre desquelles celles relatives aux finances publiques occupent une place importante. En plus de leur impact sur la croissance économique, les réformes de la gestion financière publique constituent un facteur déterminant de la consolidation et du renforcement de l’Etat de droit, un pilier important de la démocratie.  Les réformes les mieux connues ne peuvent produire que des effets bénéfiques limités, lorsqu’elles  sont mises en œuvre par des institutions dont les ressources humaines ne disposent pas de compétences adéquates. Le centre de perfectionnement en finances publiques répond à la nécessité de doter les administrations économiques et financières de cadres capables d’exercer les nouveaux métiers induits par les réformes. La rénovation de notre système de gestion des finances publiques doit aller de pair avec le renforcement  des capacités humaines, sans lequel les réformes sont vouées à l’échec. C’est pour éviter un tel écueil que le CPFP dont nous lançons les activités aujourd’hui voit le jour», soutient le ministre de l’Economie et des Finances.

Déjà, selon le ministre, 100 auditeurs qui feront la première promotion du CPFP ont été sélectionnés. Ils seront formés en deux temps. D’abord, il y aura un tronc commun consacré à l’harmonisation des connaissances sur des thèmes généraux liés aux finances publiques, puis une session de spécialisation dans les filières de Fiscalité ; comptabilité ; gestion budgétaire ; audit et contrôle ; prévision et analyse macroéconomique.

Quant à la deuxième promotion, elle sera sélectionnée en second semestre de l’année en cours et bénéficiera de son premier cycle de formation, c’est-à-dire le tronc commun  sur le reste de l’année.

La cérémonie d’inauguration du CPFP a pris fin par à la remise officielle des diplômes aux 12 lauréats guinéens de l’Ecole nationale des régies financières (ENAREF) de Ouagadougou et la visite des locaux.