Gouvernance : le ministre Mouctar lance les travaux de l’atelier de formation des cadres de son département

0
755

Le ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, Mamadou Mouctar Diallo a procédé ce lundi 31 août au lancement officiel des travaux de l’atelier de formation de 323 cadres de son département, des directeurs des Maisons de jeunes et des responsables des mouvements associatifs,  à l’Université Koffi Annan à Nongo dans la commune de Ratoma.

Durant 16 jours, cet atelier sera animé par une équipe de formateurs dotés déjà de compétence en matière d’insertion socio-économique et professionnelle de jeunes, de gestion et d’animation des infrastructures socio-éducatives, de planification et gestion du projet.

Dans son discours de bienvenue, le conseiller principal du ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes,  Sény Damba qui représentait le directeur du Bureau de Stratégie et de Développement (BSD) empêché, a rappelé qu’après la formation des 40 cadres formateurs à la fin de 2018, c’est aujourd’hui le tour de l’ensemble des cadres du ministère de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes  du niveau central, déconcentré mais aussi, des responsables associatifs et les directeurs des Maisons des jeunes.

Prenant la parole, le gestionnaire du projet Boosté les Compétences pour l’Employabilité des Jeunes (BOCEJ), représenté par son  responsable suivi et évaluation, Abdoulaye Diallo a fait savoir que cette formation est essentiellement financée par le projet BOCEJ sur demande du ministre de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes.

«Elle s’inscrit dans le cadre de l’atteinte et des indicateurs du projet BOCEJ. C’est une formation qui réunit 323 cadres  dans le domaine de la gestion du projet, de la vie associative et d’autres  modules qui viendront compléter tout cela», a-t-il signalé.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le ministre Mouctar Diallo a déclaré qu’à l’image d’autres secteurs, son département reste confronté à des défis qui sont entre autres, l’autonomisation et la participation citoyenne des jeunes, la santé, la migration irrégulière, la radicalisation, l’insuffisance d’infrastructures de jeunesse (…).

Pour lui, ces défis ne peuvent être relevés que par des cadres et des agents capables de concevoir, d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies et programmes susceptibles de répondre aux attentes des jeunes et aux différents défis et enjeux qu’ils les interpellent.

Dans la foulée, le ministre Mouctar Diallo dit espéré que l’organisation de cet atelier va permettre à son département de se doter des cadres et agents qualifiés et compétents, capables d’apporter au sein du secteur de la jeunesse des améliorations indispensables à une bonne gouvernance.

Dans même logique, il a laissé entendre que ce présent atelier trouve toute sa justification dans le souci de monsieur le président de la République Pr. Alpha Condé et son chef du gouvernement, Dr. Ibrahima Kassory Fofana de rajeunir et féminiser l’administration guinéenne.

«Notre département a été doté des cadres et agents de formations de base diverses (Mathématiciens, agronomes, agents commerciaux, transitaires, ingénieurs biologistes…) qui n’ont malheureusement jamais bénéficié de formation complémentaire adaptée à leurs fonctions actuelles. Cela fait qu’en matière de conception, de planification et de gestion des projets et programmes, ces cadres et agents présentent des limites certaines. Au sein des directions nationales, générales et services d’appui ainsi que les services déconcentrés, les cadres disposent de peu de compétences pour être efficacement opérationnels», a-t-il révélé.

Et de poursuivre : «à côté de ces services publics, il existe des associations ou collectifs d’association  intervenant dans l’animation, l’organisation et la gestion des activités de jeunesse qui ont besoin de renforcer leurs capacités pour être plus opérationnels».

A en croire au ministre Mouctar Diallo, c’est en riposte à cette insuffisance, qu’en 2018 avec l’appui de la Banque Mondiale à travers le BOCEJ, son ministère s’est doté d’un pool de formateurs de 40 cadres qui sont aujourd’hui à pieds d’œuvre pour assurer la formation du personnel des services centraux et déconcentrés ainsi que des leaders d’associations de jeunesse.