Gouvernance locale : La mairie de Labé accusée de « détournement »

0
1022

Décidément, l’inspection réalisée récemment par la tutelle sur la gestion de la commune urbaine de Labé continue à mettre à nu les incohérences de cette équipe qui est juste à sa deuxième année de gestion. Après tous les manquements révélés sur la gouvernance de l’équipe dirigeante de la mairie de Labé, désormais la mission d’inspection parle  d’un « détournement d’objectifs. » A ceci, l’inspection déplore aussi un budget non élaboré, adopté et approuvé dans les délais, a appris Guineenews.

Ouremba Traoré, le directeur de cabinet du gouvernorat de Labé et chef de la mission d’inspection ne passe pas par quatre chemins pour mettre le couteau dans la plaie : « nous avons effectivement vu l’exécution du budget de la commune. Nous avons compris que les budgets ne sont pas élaborés, adoptés et approuvés dans les délais. Le délai c’est le 31 mars de chaque année selon la loi. En 2019, il a été approuvé le 29 avril 2019 par l’autorité de tutelle c’est-à-dire la préfecture. Mais toutes les dépenses qui ont été effectuée hors délai selon la loi ne sont pas autorisées ; techniquement c’est un détournement », déclare-t-il.

Mais de quel détournement s’agit-il ? Le chef de mission est aux détails : « détournement ne veut pas dire qu’ils ont pris forcément l’argent qu’ils ont mis dans les poches. Mais, c’est des détournements d’objectif. Quand on dit qu’il faut construire une salle de classe, monsieur le maire qui n’a pas de documents à la base se retrouve avec le conseil, c’est un exemple que je donne ; pour dire au lieu d’une école on va construire une mosquée. C’est un détournement, mais on l’appelle détournement d’objectif. Alors ça, nous l’avons constaté à tels ou tels endroits ; et nous avons vu que les dépenses effectuées après le 31 mars en principe devraient être remboursées par l’exécutif car le budget est avant tout un acte d’autorisation. C’est le budget qui autorise les dépenses une fois qu’il est approuvé » précise-t-il.

« Donc, toutes les dépenses effectuées du 1er au 29 avril 2019 et qui s’élèvent à 70 075 650 GNF, nous avons dit que c’est un détournement que nous mettons au compte de l’exécutif » a conclu Ouremba Traoré, le directeur de cabinet du gouvernorat de Labé.