Gouvernance locales : des manquements décelés dans la gestion de la commune de Labé

0
426

Conformément aux principes de l’administration locale, une mission d’inspection du gouvernorat de Labé a récemment parcouru  l’ensemble des 53 communes urbaines et rurales de la région administrative de Labé. Avec pour objectif principal jauger non seulement la gouvernance locale mais aussi d’évaluer le développement social économique réalisé par les élus. La commune urbaine de Labé a été la première cible des inspecteurs qui dénoncent plusieurs manquements dans sa gestion.

Ouremba Traoré, le directeur de cabinet du gouvernorat de Labé, chef de la mission plante le décor de cette mission au micro de notre reporter: « nous avons commencé par la préfecture de Labé. Nous avons deux volets essentiels. Le premier volet c’est la gouvernance. Donc nous avons commencé le travail par ça. Ensuite, on s’est rendu compte qu’il fallait aussi au-delà de la gouvernance, voir un peu qu’est-ce que la commune est en train de faire comme base de développement socio-économique. Donc, nous avons également évalué la commune urbaine dans ce sens-là et nous avons tiré une conclusion. En plus nous avons cherché à savoir l’apport que le gouvernement Guinéen à travers l’ANAFIC (agence nationale de financement des collectivités) a eu à faire dans la commune urbaine de Labé parce que vous n’êtes pas sans savoir qu’il y a eu un montant de 65 milliards engloutis dans la région grâce à l’ANAFIC rien que pendant l’année 2019. Donc quand on donne des centaines de milliards à une région pour le développement à la base, il faudrait bien des structures de contrôle et de suivi» estime-t-il.

La première étape de l’inspection de la commune urbaine de Labé qui s’est d’abord attelée sur la gouvernance ; a mis à nu de graves manquements comme l’explique ici Ouremba Traoré : « dans chaque commune qu’elle soit urbaine ou rurale, il y a 28 documents administratifs qui sont recommandés. Malheureusement, dans la commune urbaine de Labé, sur les 28 documents administratifs recommandés, 13 ne sont pas disponibles. Et pas des moindres. Ce qui en matière de gouvernance est extrêmement dangereux parce qu’aucun maire, n’a le pouvoir de prendre à lui tout seul la décision de s’investir. Toutes les propositions d’investissement viennent des conseillers. C’est les conseillers qui sont habilités à se retrouver sous la présidence du maire, afin de décider de ce qu’il faut faire dans tel ou tel domaine d’activité en faveur de la population. Mais pas que le maire s’enferme dans son bureau pour  prendre des décisions unilatéralement et les proposer aux conseillers. Ça serait le contraire. Malheureusement, monsieur le secrétaire général a reconnu les faits. Les 13 manquent et dans les 13, il y a l’essentiel » déplore-t-il.

Et de poursuivre : « il y a ce qu’on appelle dans la décentralisation le principe cardinal ; c’est la restitution. Il faut que les populations soient informées de ce que le conseil fait. Dans les documents administratifs détenus par les communes, il y a les démarches qu’il faut pour informer les populations. Toutes les décisions prises doivent être affichées. Mais malheureusement ce n’est pas le cas. Donc nous avons insisté et nous avons donné des instructions fermes afin que ces registres-là soient ouverts avant la prochaine inspection » rapporte le chef de mission.

Du point de vue de la gouvernance, c’est des actes illégaux qu’ils ont posés renchérit le directeur de cabinet du gouvernorat de Labé : « au titre des sessions, normalement chaque commune à part les sessions extraordinaires est tenue par quatre sessions annuelles. Là, nous avons à travers les documents que nous avons visitées, compris qu’ils ont tenu trois sessions extraordinaires ; et en fouillant les archives on s’est rendu compte que les registres attestent valablement que sur les 4 sessions que la commune doit tenir annuellement, il n’y a que 2 qui sont tenues jusqu’à date. Ce qui est grave ; autrement-dit, tous les actes qui sont posés sont des actes illégaux du point de vue de la gouvernance. Sur 4, vous faite 2 mais vous continuez à travailler. Et si vous continuez à travailler, ça veut dire que tout ce que vous faites  et qui n’a pas de trace, sont des actes posé mais illégalement. On a fait ces observations et monsieur le maire et ses collaborateurs ont reconnus les faits » déclare-t-il.

Il faut rappeler que l’équipe communale de Labé est pilotée par le principal parti de l’opposition, c’est-à-dire l’UFDG et qu’ils sont à leur deuxième année de gestion.