Gouvernance, marchés de gré à gré, énergie : ces révélations de Cellou qui donneront l’insomnie à Alpha

0
846

L’ancien chef de file de l’opposition était l’invité dans le dernier numéro de l’émission “Sans Concession” de Guineenews. Une occasion pour lui d’évoquer les raisons du déficit électrique, la gouvernance d’Alpha Condé, le non-respect des promesses électorales  et l’octroi des marchés publics de gré à gré.

–         Grave déficit énergétique

S’agissant de ce secteur, Cellou Dalein rappelle que “le gouvernement a prévu de mettre en valeur le barrage Foumi. On a posé la première pierre mais il n’y a rien après. Sur le  plan de l’énergie le président, Alpha Condé a fait des promesses. (…) Pour ce qui est des barrages, il n’y a pas d’appel d’offres (…)”

Pour ce qui est des infrastructures, il rappelle : “ le pont entre Mandiana et Siguiri, c’était dans sa campagne de 2010. Je me souviens, il n’a rien réalisé. Les gens constatent qu’ils ont été trahis et trompés. (…)

Aujourd’hui, en dehors  des infrastructures réalisées par le feu président Lansana Conté notamment  la route Kouroussa-Kankan; Kankan-Siguiri  et Siguiri –Kouremalé-Bamako, dont j’ai été associé à la gestion, rien n’existe, rien a été fait.  Il y a que des promesses. Les gens se sont rendus compte que le monsieur (Alpha Condé, ndlr) promet facilement et qu’il ne réalise jamais.”

Quid de la gouvernance économique et de l’octroi des marchés publics ?

Cellou Dalein a également profité de cette émission de notre quotidien en ligne pour dénoncer non seulement la gouvernance du régime d’Alpha Condé mais aussi l’octroi des marchés publics de gré à gré. Il note qu’il y a “une gestion catastrophique de nos ressources. En octobre 2011, Alpha Condé voulait apporter un appoint de 100Mw à Conakry. Cela aurait pu, selon lui, régler le déficit. Ils ont fait un appel d’offres. Au moment du dépouillement, Alpha appelle pour dire arrêter le dépouillement et donnez à telle entreprise qui s’appelait Asperbras. Ça fait 144 millions d’euros. Un marché de gré à gré alors que les offres des autres entreprises étaient là. Des offres parfois qui étaient les meilleures. Il a donné à cette entreprise. Il ne savait ni la surface financière ni les compétences de l’entreprise. C’est une petite PME de 100 mille dollars de capital créée dans les Îles vierges. On lui verse 30%  de ce montant. Délai de livraison, avril 2012. Mais à cette date,  la commande des groupes n’était pas lancée. On fait un avenant. On reporte l’échéance en octobre 2012. On paie encore une autre avance qui est contraire aux dispositions du code des marchés. Comme au mois d’avril, en octobre pas de commande et pas d’argent.”

Toujours dans le but de donner du courant à la capitale Conakry, Cellou rapporte : “ils se sont réunis et ont fait un troisième avenant [pour Asperbras]. La prochaine échéance avril 2013. Entre temps, le déficit continue mais comme Alpha Condé avait promis de combler le déficit, il fait venir Agreco par un marché de gré à gré. Des commissions sont distribuées. Agréco s’installe avec un contrat de six mois pour permettre à Asperbras de réaliser son contrat. Mais comme tout le monde a bouffé dedans, on ne peut pas résilier le contrat, on ne peut rien exiger. Donc, Asperbras est obligée de réaliser son contrat.

Agréco vient comme un appoint en attendant qu’Asperbras fasse son travail. Cette dernière ne réglant pas le problème, on fait venir K-Energy parce qu’il y avait la CAN au Gabon. On a fait venir les groupes de K-Energy par avion. Un marché de gré à gré avec des commissions distribuées à tout le monde. K-Energy arrive, installe les groupes et les gens peuvent regarder la CAN.  (…) Finalement, en 2014, on résilie le marché avec Asperbras. EDG n’a pas été associée à la négociation, à la fixation des prix. Ce sont des instructions d’Alpha Condé. (…) Pour ce qui est des barrages, il n’y a pas d’appel d’offres (…)”

Faut-il par ailleurs noter que malgré les contrats signés avec toutes ces entreprises, l’électricité reste encore une denrée rare pour beaucoup de Guinéens surtout pour les villes de l’intérieur.