Gouvernement : voici le cursus du nouveau ministre de la Coopération

0
2004

Le désormais ministre de la Coopération, méconnu du grand public, est plutôt très connu et reconnu dans le secteur de développement. Pur fruit de l’école guinéenne, Amadou Thierno Diallo a fait ses premières armes en Guinée (public et privé), avant s’expatrier. Avec à la clé, une carrière régionale et internationale riche et largement justifiée par ses diplômes dans les plus grandes universités du monde. En témoigne ce long CV dont Guinéenews vous propose ici en intégralité.

AMADOU THIERNO DIALLO

Directeur,

Department infrastructures économiques et sociales

Banque Islamique de développement, Djedda

Marié : 4 enfants

FORMATION UNIVERSITAIRE

Université de Pittsburgh Etats Unis- 1996

Master en relations publiques et internationales

Concentration : Politiques publiques

Université de Pittsburgh, Etats-Unis 1994

Master en administration des affaires – MBA

Concentration : Finances

Université du Montana, Etats-Unis – 1993

Master en économie minière

Thèse : « Efficacité de l’Association Internationale de la Bauxite-IBA »

Institut Supérieur des Mines et Géologie, Boké – Guinée – 1981

Diplôme de fin d’études supérieures – Ingénieur des mines

Thèse : « Conditions de minimisation du prix de revient de l’évacuation du minerai de Débélé »

Soutenue avec la mention (Excellent)  

FORMATION EXECUTIVE

Certificat/Administration d’entreprises (conseil d’administration), Institute of Directors, Royaume-Uni

Réflexions sur le développement : Université de Harvard, Etats Unis

Gestion des finances publiques – Contexte des pays en développement : Idelmat, Ghana

Programmations et politiques financières : Fonds Monétaire International, FMI

Evaluation et gestion des programmes d’investissement : Université de Harvard, Etats-Unis

Financement des infrastructures : London Business School, Londres

Economie de l’industrie de la Bauxite : Association Internationale de la Bauxite, Jamaïque

Analyse économique et privatisation : Centre des Travaux Publics de l’Armée Américaine

Du financement des projets aux partenariats publics-privés, Institut de la Banque Mondiale

Régulation des secteurs de l’eau et de l’électricité : IP3, Etats Unis

Structuration, évaluation/négociation des projets de production indépendante d’électricité – IP3,

Préparation et évaluation des projets industriels : ONUDI

Gestion des projets : Université Robert Morris & Project Management Institute, Etats Unis

Management Développement Programme : Ashridge Business School, Angleterre

Management développement programme : HEC Montréal, Canada

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE PERTINENTE

2011 – Présent : ​  Banque islamique de développement (BID) -Jeddah, Arabie Saoudite 

 Postes occupés successivement :

Directeur général des pratiques globales (du 31 mars 2019 au 18 nov. 2020) / Directeur du Département des infrastructures économiques et sociales (poste actuel) depuis 2018 ; Directeur par intérim du Département de l’agriculture et du développement rural (2016-2017)

Directeur des opérations, Bureau du vice-président des opérations (11 – 16) 

Principales réalisations

  • Coordination globale du travail du personnel (plus de 100 professionnels dans 5 départements) et gestion quotidienne de la Direction générale des pratiques globales, afin de s’assurer qu’elle dispose de systèmes et de processus efficaces pour surveiller les processus de travail.
  • Gestion et coordination de l’exécution des opérations de la Banque pour soutenir le développement socio-économique de ses 57 pays membres dans les domaines liés aux infrastructures économiques et sociales, à la résilience, à la finance islamique, à la recherche économique et aux stratégies et coopération régionales.
  • Supervisé de la préparation et de la consolidation des toutes premières politiques et stratégies sectorielles et thématiques (plus de 20) de la Banque et évaluation de leur adéquation, leur alignement et leur efficacité par rapport aux priorités stratégiques de la Banque.
  • Supervision, revue et approbation des opérations de la Banque tout au long du cycle du projet, notamment en assurant la qualité à l’entrée, la mise en œuvre et à l’achèvement.
  • Contribution aux efforts de la Banque pour mobiliser des ressources auprès des marchés financiers, du secteur privé, des philanthropes et d’autres partenaires bilatéraux et multilatéraux.
  • Mobilisation des ressources pour les femmes entrepreneurs à travers l’Initiative de financement des femmes entrepreneurs (We-FI) pour le programme d’Autonomisation des petites et moyennes entreprises des femmes dans la chaine de valeur du riz en Afrique de l’Ouest (Guinée, Niger, Sierra Leone, et Sénégal) pour 12 millions de dollars.
  • Membre de l’équipe du Comité du programme qui a créé et met en œuvre le Fonds mondial de la philanthropie musulmane pour les enfants, qui est le premier fonds axé sur les dons musulmans tels que les dons de Zakat, Sadaqah et Waqf, afin de contribuer aux programmes d’intervention d’urgence et de développement.
  • A régulièrement représenté la Banque dans des fora socio-économiques, internationaux, comme récemment: COP25 à Madrid, le Sommet régional 2020 de l’Initiative de financement des femmes entrepreneurs du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Dubaï, le premier Sommet mondial des réfugiés, à Genève, Forum des Directeurs généraux de la coopération en décembre 2019 à Istanbul, etc.⋅×Siège dans divers conseils (d’organisations publiques et privées), des commissions / comités de haut niveau liés entre autre aux domaines du financement des infrastructures.
  • A facilité la conception et dirigé la structuration financière et la mise en œuvre de plus de 100 projets de développement publics et privés dans plus de 50 pays à travers le monde.
  • Superviser les travaux relatifs à la finance islamique, y compris la mise en place du Fonds APIF pour l’Arabie saoudite et la gestion des investissements de la Banque dans 39 institutions financières ainsi que l’assistance technique pour soutenir la finance islamique dans les pays membres.
  • Pendant deux années consécutives, a supervisé et coordonné les travaux liés à la stratégie de partenariat avec les pays membres au sein de la Direction des pratiques globales.
  • A dirigé la stratégie et les investissements PPP de la Banque et supervisé la mise en place du premier mécanisme de financement des infrastructures pour soutenir la préparation de projets PPP bancables ainsi que la création d’une plate-forme de financement participatif par emprunt pour élargir l’accès à l’énergie propre dans les pays membres
  • A occupé le poste de directeur du département de l’agriculture et du développement rural axé sur les chaînes de valeur agricoles et la sécurité alimentaire, la gestion intégrée des ressources en eau, l’environnement et le changement climatique, etc.
  • A dirigé les investissements dans le secteur agricole dans de plusieurs pays membres.
  • A servi de point focal pour le Centre international pour l’agriculture biosaline (ICBA), qui est un centre international de recherche agricole à but non lucratif, axé sur les zones marginales. ICBA identifie, teste et introduit des cultures et des technologies économes en ressources et intelligentes face au climat qui sont les mieux adaptées aux différentes régions touchées par la salinité, la pénurie d’eau et la sécheresse.
  • A soutenu des initiatives qui ont permis à la banque d’intensifier ses activités et d’améliorer ses mécanismes de prestation, notamment dans les secteurs de l’agriculture, la gestion de l’eau et de l’énergie dans le monde.
  • A initier / entretenu des partenariats avec des institutions spécialisées des Nations Unies et d’autres telles que la FAO, le FIDA, le PNUD, le programme alimentaires mondial, le Centre international de recherche agricole dans les zones arides, les institutions multilatérales de développement, les donateurs bilatéraux et les philanthropes tels que la Fondation Gates, Fondations des Rois Salman et Abdallah en Arabie Saoudite, etc.
  • A dirigé des équipes dans une culture de transparence et de collaboration, en établissant des priorités, le renforcement des capacités, la responsabilisation et l’utilisation efficace des ressources humaines et financières.

2001 – 2011​ :          Banque africaine de développement, Abidjan – Tunis 

Postes successifs occupés dans la Banque

Représentant résident de la Banque, Bamako, Mali – Dernier poste (janvier-décembre 2011)

Chef de Division énergie et technologies de l’information (06-10)

Chef de Division des équipements collectifs (05-06)

Analyste financier principal des infrastructures (01-04)

Principales réalisations

  • En tant que représentant résident de la Banque africaine de développement au Mali, était Chef de file des partenaires techniques et financiers et le point focal dans les relations avec le chef de l’État et le Premier ministre sur des questions spécifiques présentant un intérêt pour le pays et la communauté internationale.
  • A mené avec succès les discussions avec le gouvernement du Mali et soutenu la mise en œuvre du Cadre stratégique pour la réduction de la pauvreté et la croissance avec la formulation de la stratégie d’assistance conjointe pour la période 2012-2017.
  • A supervisé la formulation et la mise en œuvre de la stratégie pays de la Banque africaine de développement pour soutenir les interventions de la Banque au Mali.
  • Avait négocié avec succès au nom de la République du Mali un don de 50 millions de dollars provenant du Fonds fiduciaire pour les ressources énergétiques renouvelables (éolien, solaire, petite hydraulique) géré par la Banque mondiale.
  • A supervisé la formulation et la mise en œuvre de plusieurs politiques, stratégies, projets et programmes.
  • A joué un rôle déterminant dans la mobilisation de fonds de la BAD pour soutenir les activités de l’Initiative du bassin du Nil et de l’Organisation de développement du bassin du fleuve Gambie et d’autres fleuves transfrontaliers dans les domaines de la gestion des ressources naturelles et de l’énergie.
  • A participé et diriger la mise en œuvre de l’Initiative d’approvisionnement en eau et d’assainissement en milieu rural de la Banque et géré avec succès l’intensification des investissements dans la région de l’Afrique centrale.
  • A dirigé la conception et la mise en œuvre d’un programme de prêt de 250 millions de dollars pour la réforme du secteur de l’eau au Maroc en coordination avec l’Union européenne.
  • A dirigé l’intensification des investissements dans le secteur de l’énergie dans de nombreux pays Africains. Co-dirigé avec le Département des politiques des opérations dans la préparation et l’examen des politiques et stratégies sectorielles du Groupe de la Banque, y compris le cadre d’investissement dans l’énergie propre ; la mise à jour de la politique du secteur de l’énergie ; la politique de changement climatique et d’adaptation, etc.
  • Initié et supervisé le financement partiel par la BAD de la centrale électrique de Medupi en Afrique du Sud (4800 MW), le plus gros projet à ce jour financé par la banque – 2,7 milliards de dollars (coût total de 15 milliards de dollars)
  • Le financement par la BAD et la mise en œuvre de l’étude du développement du site Inga en République Démocratique du Congo qui a un potentiel hydroélectrique de 40 000 MW le plus grand au monde (par comparaison le deuxième site est celui des Trois Gorges en Chine qui a une capacité installée de 22 000MW). C’est aussi la plus grande étude dans l’histoire de la BAD – 15 millions $ de subvention ;
  • Le financement par la BAD et la mise en œuvre de la centrale électrique thermo solaire à cycle combiné d’Ain Beni Mathar au Maroc. Ce fut l’une des premières du genre dans le monde (472 MW). Elle fut également la première expérience de la BAD dans l’énergie solaire de cette envergure et a servi de précurseur pour l’intérêt de la Banque dans le secteur des énergies renouvelables (solaire et éolien) en Afrique. Le succès du projet a conduit également à la mise en place de l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (MASEN), un partenariat public-privé, qui vise à réaliser le programme de développement du potentiel des énergies renouvelables du Maroc.
  • Le financement par la BAD et la mise en œuvre de la ligne de transmission électrique de Bujagali en Ouganda qui a contribué à boucler le financement de la centrale hydroélectrique de Bujagali construite sous structure PPP (Gouvernement et investisseurs privés).
  • La conception, la préparation et le financement par la BAD des grandes initiatives régionales et continentales telles que :

Le programme de développement des infrastructures en Afrique communément appelé PIDA (spécifiquement les secteurs énergie et des technologies de l’information et des télécommunications) ;

  • Les interconnexions des systèmes électriques Ethiopie-Djibouti ; Ethiopie-Kenya-Ouganda-Rwanda-Burundi-RD Congo ; Nigeria-Bénin-Togo-Ghana ; pays de l’Organisation de mise en valeur du fleuve Gambie (Guinée-Guinée Bissau-Gambie-Sénégal) et des sites hydroélectriques de Kaléta et Sambangalou ; Algérie-Maroc-Espagne ; Guinée (Fomi)-Mali-Nzérékoré ; Côte d’Ivoire-Liberia -Sierra Leone-Guinée (CLSG) ; etc. ;
  • La préparation et la conception de la stratégie TIC de la Banque africaine de développement et sa mise en œuvre y compris l’identification et l’investissement dans des projets régionaux et nationaux pour aider les pays membres de la banque à réduire la fracture numérique :
  • Les études préparatoires à l’investissement dans la fibre optique régionale en Afrique Centrale, Afrique de l’Est, Afrique du Nord, Afrique Australe et Afrique de l’Ouest  (ECOWAN) ; des pays de la Commission du Lac Victoria (Burundi-Kenya-Tanzanie-Ouganda-Rwanda) ; du câble sous-marin des Seychelles, etc.

A aussi contribué à la formulation et la mise en œuvre de plusieurs opérations et activités dans :

  • Les infrastructures notamment les transports, l’électricité, l’eau et de l’assainissement dans les pays suivants : Bangladesh, Bénin, Botswana, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Cap Vert, Côte d’Ivoire, Djibouti, Egypte, Ethiopie, Guinée, Gambie, Ghana, Indonésie, Iran, Kenya, Madagascar, Mali, Maroc, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Ouganda, RD Congo, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Surinam, Tanzanie, Tchad, Togo, Tunisie, Zambie.
  • Le secteur agricole : Bangladesh, Benin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Egypte, Indonésie, Mali, Maroc, Mauritanie, Mozambique, Niger, Nigeria, Ouganda, Sénégal, Tchad, Togo, Tunisie, etc.
  • Les secteurs financiers et bancaires : Kazakhstan, Indonésie, Rwanda, Sierra Leone, Guinée, Sénégal, Niger, Nigeria, Turquie, Malaisie, etc.
  • Les secteurs sociaux : Bangladesh, Côte d’Ivoire, Gambie, Guinée, Sierra Leone, Mozambique, Tadjikistan, etc.
  • Cette expérience inclue la supervision de toutes les étapes du cycle du projet, y compris l’identification, la préparation, l’évaluation (évaluation financière, économique, technique et environnementale) et le traitement à travers les différents comités de travail et géré un portefeuille d’une valeur de plus de 6 milliards de dollars.
  • Supervisé le personnel (environ 24 personnes) du bureau de pays de Bamako et entrepris le développement du personnel. Préparé et supervisé la mise en œuvre du budget du bureau. Assurer la liaison et travailler en étroite collaboration avec d’autres départements de la Banque sur des questions telles que les audits du bureau, des ressources humaines et de l’infrastructure informatique.

 99- 01 :​​        Banque Islamique de Développement, Djedda, Arabie Saoudite

Département des opérations pays I (pays anglophones Afrique, Asie et Europe Centrale)

Analyste financier

  • Réalisé l’analyse financière et de la performance des projets d’infrastructure et des services financiers (banques, services publics, transports, eau et assainissement en milieu rural, etc.) ainsi que celle des agences d’exécution tout au long du cycle du projet, y compris : évaluation des taux internes financiers et économiques de retour des projets, ratios financiers et prévisions financières, etc. Les pays incluent le Kazakhstan, la Gambie, la Sierra Leone, le Turkménistan, l’Indonésie, la Malaisie, le Mozambique, etc.
  • Participé à la préparation, à la révision des politiques et des lignes directrices. Réaliser une gestion efficace du portefeuille assigné, y compris la planification et la supervision des projets approuvés pour assurer la mise en œuvre selon les calendriers convenus.
  • Appui aux agences d’exécution dans l’application des procédures de la Banque, y compris la passation des marchés et les décaissements.
  • A représenté la Banque lors de conférences, séminaires et ateliers.

 96-98 : Michael Baker Corporation – Coraopolis, États-Unis.

Economiste – Analyste financier

Parmi les 500 plus grandes entreprises de conception américaines, la société a fourni des services d’ingénierie et de conseil à des clients des secteurs public et privé du monde entier, en se concentrant sur la gestion des infrastructures et des projets, y compris la planification, la conception, la construction, la gestion des actifs et le renouvellement des actifs.

Principales réalisations

  • Analyste en lien avec la conception et la mise en œuvre de projets pour des clients des secteurs public et privé : analyse économique et préparation de plans stratégiques,
  • Conseils d’experts sur la privatisation des services publics, l’évaluation de la structure tarifaire et la durabilité de la privatisation. A dirigé les efforts de privatisation du système d’eau potable d’Aberdeen Proving Ground (une base militaire aux États-Unis), qui comprenait une évaluation de la structure tarifaire.
  • Chef d’équipe pour la préparation du plan directeur stratégique de Hanscom Air Force Base, USA.
  • Représentation de la société lors de missions commerciales et de sensibilisation en Afrique en association avec le Corporate Council on Africa, le département d’État américain et le département américain du commerce.
  • Participation en tant que membre de l’équipe à la conception et à la mise en œuvre de la stratégie commerciale internationale globale de l’entreprise, qui comprenait l’analyse comparative de l’emplacement d’un bureau régional en Europe et l’identification de projets en Afrique, en Europe centrale et en Asie centrale

85-90 :          Aredor Guinée – SA (mine de diamants)

Responsable du service de tri

  • Supervision d’une équipe multidisciplinaire pour assurer un travail de qualité au quotidien (plus de 50 personnes). Formulé et géré le budget du département et les performances du personnel.
  • Dirigé la préparation et l’organisation de la formation en cours d’emploi.
  • Coordination des relations de travail avec les autres départements.

81-85 :                      Friguia-Kimbo S.A., (mine de bauxite et usine d’alumine) :

Superviseur de la mine

  • Participation aux évaluations économiques des mines suivies de l’identification des propositions d’investissement à soumettre à la direction générale de l’entreprise pour approbation.
  • Contribution à la mise en œuvre de propositions d’investissement approuvées pour atteindre les buts et objectifs déclarés de l’entreprise par la supervision d’une équipe multidisciplinaire dans la réalisation des travaux et activités quotidiens, y compris les levés topographiques, le dynamitage de la mine et le transport et le concassage du minerai de bauxite.

EXPERIENCE PROFESSIONNEL PAYS

Algérie, Bangladesh, Bénin, Botswana, Brunei Darussalam, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Canada, Cap-Vert, Tchad, République centrafricaine, Congo, Côte d’Ivoire, RD Congo, Djibouti, Égypte, Guinée équatoriale, Éthiopie, France, Gabon, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Indonésie, Iran, Jordanie, Kazakhstan, Kenya, République kirghize, Libéria, Luxembourg, Madagascar, Malaisie, Mali, Mauritanie, Maurice, Maroc, Mozambique, Namibie, Niger, Nigeria, Pakistan, Philippines, Rwanda, Arabie saoudite, Sénégal, Sierra Leone, Afrique du Sud , Soudan, Surinam, Suisse, Tanzanie, Togo, Tunisie, Turquie, Émirats arabes unis, Ouganda, Royaume-Uni, Etats-Unis, Ouzbékistan, Zambie, Zimbabwe, + réseaux personnels et professionnels dans le monde entier.

Quelques réalisations majeures à son actif – Cas spécifique de la Guinée

1) L’étude de faisabilité et la mobilisation du financement du site hydro-électrique de Kaléta dans le cadre du Programme Energie de l’OMVG ainsi que la ligne d’interconnexion de 1700 km entre les 4 pays membres de l’organisation (Guinée, Guinée Bissau, Gambie, et Sénégal) ;

2) La réhabilitation du réseau électrique de Conakry (Ratoma et de Matam) ;

3) Le programme d’électrification rurale décentralisée qui a permis de fournir de l’électricité dans plusieurs villes et villages à l’intérieur du pays ;

4) La mobilisation du financement de la route régionale Sénégal – Guinée y compris le tronçon Kounsitel-Gaoual et la voirie de Koundara.

5) La mobilisation du financement de la ligne d’interconnexion des réseaux électriques Côte d’Ivoire-Liberia-Sierra Leone-Guinée communément appelée CLSG : Nzérékoré (Guinée) – Yekepa (Liberia) et Linsan (Guinée)- Sierra Leone.

6) L’étude de la ligne d’interconnexion Fomi (Kouroussa) – Bamako et Fomi-Nzérékoré et mobilisation du financement pour sa réalisation.

7) La mobilisation du financement pour l’étude d’impact environnemental et social du barrage hydroélectrique de Souapiti. ​

8) Projet d’assainissement de la Ville de Conakry (communes de Matoto et Ratoma).

9) La mobilisation du financement du Programme de la Chaine de valeur du riz (Coyah, Forécariah, Dubréka, Boffa, Dinguiraye, Kouroussa, Siguiri).

10) La mobilisation du financement pour les programmes d’adduction d’eau en milieu rural dans les préfectures de Telimélé et Boké et la région de Nzérékoré (Nzérékoré, Lola et Yomou).

11) La mobilisation du financement du Programme de développement des Chaines de valeur agricoles (régions de Kankan, Kindia, Labé, Mamou, et Nzérékoré).

12) Programme de développement rural intégré dans les préfectures de Gaoual, Koundara et Mali.

Lire aussi: Décret : un haut cadre de la BID nommé ministre de la Coopération