Grève des enseignants à Mamou: Vive tension entre enseignants et forces de l’ordre

0
379

Répondant à l’appel du secrétaire général du SLECG (syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée), Aboubacar Soumah, les enseignants grévistes de Mamou se sont retrouvés ce lundi 12 novembre à la direction préfectorale de l’éducation pour organiser un sit-in.

Devant les forces de l’ordre qui les empêchent d’atteindre les locaux de la DPE, certains enseignants scandent des slogans du genre « rendez-nous nos salaires ! vive le SLECG ! A bas les traitres ! vive l’école guinéenne ! ».

Pendant ce temps, un autre groupe d’enseignants négocie avec le commandant de l’unité de la gendarmerie pour déléguer des émissaires qui vont rencontrer le directeur préfectoral de l’éducation.

Sur les pancartes, on peut lire « vive l’éducation pour la prospérité de la nation », « le mécontentement est la rançon de l’imagination et du savoir, ensemble nous vaincrons, 8 000 000 c’est bon », «  la bonne éducation se fonde sur le respect de l’éducateur, vive le SLECG », « dégel des salaires, ouverture des négociations pour le bonheur de nos enfants ».

Les forces de l’ordre composées de policiers et de gendarmes postés de part et d’autre des lieux interviennent périodiquement pour ramener l’ordre dans la mobilisation puis libérer la voie.

Pendant que les pourparlers autour du choix des émissaires sont très tendus, nous apprenons que certaines écoles qui font cours ont été attaquées à coup de jets de pierres. Au lycée Cabral, nous avons eu la confirmation avec l’un des responsables que « l’établissement a été attaqué de tous les côtés. Tous les élèves sont sortis ».

Nous y reviendrons.