Grève des enseignants : le mot d’ordre du SLECG largement suivi à Boké, Kamsar, Sangaredi

octobre 3, 2018 1:31
0

Les enseignants et les élèves de l’enseignement pré universitaire de la préfecture de Boké n’ont pas repris le chemin de l’école ce lundi 3 octobre comme annoncée par les autorités guinéennes en charge de l’éducation, a constaté la rédaction locale de Guineenews© basée à Boké.

C’est un constat amère qui se dégage ce lundi matin dans les différentes écoles de Boke où ni les élèves,  ni les enseignants en situation de classe,  ne se sont présentés dans leurs écoles. A l’école élémentaire de Kougnewade par exemple,  sur 13 enseignants,  seul le directeur  Mamadou Saliou Barry,  était présent. « Comme vous le voyez vous-mêmes, aucun enseignant et aucun élève  n’est venu », à fait remarquer le directeur.
Même constat au  Lycée Filira de Boké, où nous avons trouvé  Ahmadou Soumah,  directeur préfectoralde de l’éducation (DPE)  par intérim de Boké, en mission de contrôle dans les écoles.
Interrogé, le DPE,  nous a laissé entendre son amertume relatif à cette grève qui paralyse le système éducatif guinéen. Cette réalité est identique dans les écoles privées de la place. « Je n’ai reçu aucun élève ce matin  dans mon école. Depuis que le SLEEG a lancé  le mot d’ordre de grève, les élèves venaient se faire inscrire à compte goûte », a déploré Amadou Condé, proviseur du Centre Ousmane Sembene.
Joint au téléphone,  depuis Sangaredi, Abdoulaye Pele Barry,  un des enseignants indique qu’il n’y a eu ni élèves,  ni enseignants dans les écoles de Sangaredi . « Il n’y a eu ni élèves,  ni enseignants dans les écoles de Sangaredi. Il n y a que les directeurs qui sont présents », a-t-il confirmé.
Même son de cloche à Kamsar,  où le mot d’ordre de grève est largement suivi.
Certains parents d’élèves interrogés, se disent déjà inquiets pour la formation de leurs enfants. Ils invitent par ailleurs  le gouvernement à trouver des solutions à cette crise qui secoue le système éducatif guinéen.