Grève des enseignants : vers un dénouement heureux ?

janvier 7, 2019 12:01

Après trois mois de perturbations dans le système éducatif pour cause de grève, les enseignants vont sans doute regagner les salles de classe dans les prochaines heures. Un projet de protocole d’accord déposé à deux heures du matin sur la table des responsables du SLECG est présenté ce matin aux enseignants. Et sera si possible signé dans la journée entre le gouvernement et les représentants du Syndicat des Enseignants. Une signature qui mettra fin à la grève. L’information est donnée par le porte-parole du SLECG qui a intervenu ce matin sur les antennes de la Radio Espace.

Mohamed Bangoura, annonce que le projet de protocole d’accord obtenu au petit matin est actuellement présenté aux enseignants au siège du SLECG. D’où l’arrêt des manifestations programmées pour la journée d’aujourd’hui. Les enseignants sortis très tôt le matin pour paralyser les activités, ont quitté la rue pour se rendre au siège du SLECG après l’information. Ils y sont rendus pour écouter le secrétaire général Aboubacar Soumah.

Interrogé sur le contenu de ce projet de protocole d’accord, le porte-parole du SLECG a énuméré entre autres,  le dégel des salaires des enseignants, la mise en place d’une commission de restructuration du système éducatif. Cette commission, selon Mohamed Bangoura, aura pour mission de recenser tous les enseignants en situation de classe. Et les ressources issues de ce recensement seront reversées pour la bonification des salaires. Il a aussi cité la construction des logements sociaux où les enseignants seront les premiers bénéficiaires et tout ceci sera mentionné dans un mémorandum.

En quoi, ces propositions mentionnées dans le projet de protocole d’accord sont-elles différentes des premières?

 A cette interrogation, Mohamed Bangoura a reconnu qu’il n’y aucune différence. Toutefois il a dénoncé la manière dont le Premier ministre a procédé. « C’est vrai. Il n’y a aucun changement, mais c’est la manière. Le ministre Tibou Kamara a été rassurant et convaincant. Il nous a parlés dans un ton respectueux, d’une manière responsable et courtoise… Il n’y a pas eu d’arrogance et d’orgueil

Et les huit millions ?

Comme réponse à cette question, le porte-parole du SLECG, dans un ton évasif, a affirmé qu’avec les propositions couchées sur le protocole d’accord, ll n’y pas assez de doute. Cela annonce de beaux jours pour les enseignants. Ainsi il a profité pour remercier le secrétaire général du SLECG.